INSUFFLER N’EST PAS ENSEIGNER

INSUFFLER N’EST PAS ENSEIGNER

SYSTÈME ÉDUCATIF




INSUFFLER


N’EST PAS ENSEIGNER






©iStock - - Aleaimage




Article publié le 19 février 2021 dans la Quinzaine universitaire n°1450
Par Frédéric SEITZ, président du SNALC de l'académie de Versailles





Le projet de réforme des concours de recrutement, qui privilégie les épreuves dites « professionnelles » par rapport aux épreuves disciplinaires, marquera, s’il est mis en œuvre, la fin de l’enseignement conçu comme transmission du savoir. Les élèves manieront des formules ronflantes, sans réelles connaissances.

Formé - le SNALC nous en garde ! - aux concours de demain, l’enseignant ne transmet plus. Il insuffle. Autour de ce technicien de l’apprentissage, les élèves produisent eux-mêmes leur propre savoir, dans un bruit de ruche. Tous ont des compétences. Par magie, l’échec scolaire a disparu.

Les faux-semblants de l’école actuelle préfigurent ce mirage. La réforme du lycée crée des enseignements de spécialité, fait passer, au baccalauréat, un grand oral, comme pour l’ENA. Devant un jury contraint à la bienveillance, l’élève-roi jongle avec les idées et les concepts, sans forcément les connaître, ni les entendre, sans savoir les analyser, ni en mesurer la portée. L’institution applaudit, sans s’émouvoir de la montée de l’inculture et de l’illettrisme, de notre chute, en sciences, dans les évaluations internationales.

Pour faire progresser la société, l’institution veut désormais faire plus que de transmettre la science et la culture aux plus défavorisés. Tout rectorat a maintenant sa politique éducative. Celle de l’académie de Versailles arbore fièrement la devise « Egalité et diversité ». Afin de promouvoir l’égalité professionnelle, le rectorat prône le secours systématique à l’écriture inclusive. Un sujet aussi sérieux mérite-t-il d’être traité à coup d’artifices de communication ?

Un enseignement qui dévalorise le savoir le remplace par des dogmes. C’est pourquoi le SNALC, en disciple des Lumières, défend, pour les concours de recrutement et pour l’enseignement, la primauté du contenu disciplinaire. En acquérant des connaissances, l’élève, qui est le citoyen de demain, crée et développe son esprit d’analyse, son sens critique. Il se forge aussi la volonté de ne pas laisser son esprit dériver au fil des slogans, des à peu-près, des contre-vérités. Que devient une société qui confond le sens des mots ?







SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox