CONTRACTUELS : NANTES INNOVE DANS LE RAFISTOLAGE ET L’ENFUMAGE

CONTRACTUELS : NANTES INNOVE DANS LE RAFISTOLAGE ET L’ENFUMAGE

Contractuels




CONTRACTUELS : NANTES INNOVE

DANS LE RAFISTOLAGE ET L’ENFUMAGE






©iStock - Sturti




Article publié dans la Quinzaine universitaire n°1448 du 7 janvier 2021
Par Hervé RÉBY, président du SNALC de l’académie de Nantes





Fin 2020, le SNALC a reçu plusieurs appels de contractuels dont les CDD n’étaient pas reconduits alors qu’une prolongation leur avait été promise et que pour quelques-uns, un procès-verbal d’installation avait même déjà été signé. A la place d’une reconduction, le rectorat de Nantes leur proposait, par téléphone, d’être recrutés et rémunérés comme intervenants extérieurs (décret du 11 juillet 2012), avec versement de la rémunération fin janvier 2021.

Cela revient à transformer le fondement juridique du recrutement de ces personnels et à réintroduire les vacations alors même que ces dernières n’existent plus depuis le décret du 29 août 2016 !

Évidemment, pour éviter de répondre aux demandes bien légitimes d’explications et de précisions des contractuels visés par ce rafistolage, les services rectoraux sont devenus injoignables. Alors, en urgence, le SNALC a été reçu par le secrétaire général.

Ce dernier nous a expliqué que l’enveloppe budgétaire était vide : « sans doute a-t-on mal géré les remplacements des personnels ‘à risque’ lors de la crise de la COVID ». Le seul moyen de rémunérer les collègues est donc de puiser dans une autre enveloppe !

Il nous a également été dit que les collègues garderaient l’intégralité de leur rémunération. Ce qui nous semble peu probable. Nous vérifierons.

Enfin, la même « promesse » nous a été tenue pour l’ancienneté, celle-ci sera conservée mais la période pendant laquelle l’agent est recruté comme intervenant extérieur ne peut pas être comptabilisée dans l’ancienneté ni pour l’accès au CDI, ni pour l’avancement. Là, c’est carrément de l’enfumage !

In fine, le seul point positif de cette audience aura été un versement de la rémunération en décembre, ce qui est quand même la moindre des choses !

Quand l’Éducation nationale n’a pas les moyens financiers de mettre en oeuvre la « com » de son ministre – le recrutement de contractuels supplémentaires pour remplacer les professeurs – elle assume, notamment devant les parents d’élèves, en laissant des élèves sans prof. Mais elle ne doit pas leurrer et exploiter ses contractuels, déjà assez maltraités avec leurs contrats précaires, leur rémunération au rabais, leurs changements incessants d’affectation…





SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox