REVALORISATION : OÙ EST LA REVALORISATION PROMISE ?

REVALORISATION : OÙ EST LA REVALORISATION PROMISE ?

Lettre AESH




REVALORISATION :


OÙ EST LA REVALORISATION PROMISE ?






Image par Sergei Tokmakov, Esq. de Pixabay




LE AESH 17 - décembre 2020
Par Philippe Frey, vice-président national
et Danielle Arnaud, secrétaire nationale chargée des contractuels,
aesh-avs@snalc.fr





Lorsque le Comité consultatif AESH a été lancé le 27 février dernier, le ministère s’était engagé devant les organisations syndicales représentatives, dont le SNALC, à une revalorisation du métier d’AESH. Presque un an plus tard, force est de constater que la promesse n’a pas été tenue.
Si au cours de ces 10 mois, l’Éducation nationale a créé une indemnité pour la fonction d’AESH référent et a adressé aux recteurs une instruction pour rétablir le versement de l’indemnité compensatrice de la CSG à certains AESH, ni l’une ni l’autre ne sont des revalorisations.

Assez logiquement, la création de la fonction d’AESH référent a donné naissance à une nouvelle rémunération. Mais pour le SNALC, l’indemnité de fonctions particulières allouée aux AESH exerçant les missions de référent est bien dérisoire (600 euros bruts par an), compte tenu du nombre et de la complexité des missions exigées de ces personnels. En effet, les AESH référents ont un rôle de tuteur et de formateur, puisqu’ils sont chargés de fournir à d'autres AESH un appui dans leurs missions auprès des Élèves en Situation de Handicap. In fine, pour les AESH, l’expérience accumulée et le dévouement ont bien peu de valeur !
Quant au rétablissement de l’indemnité compensatrice de la CSG, d’une part seuls les AESH sous contrat au 1er janvier 2018 et systématiquement renouvelés depuis cette date y sont éligibles, et d’autre part son versement n’aurait jamais dû être interrompu pour ces personnels. Ce n’est donc que le remboursement d’une dette de l’institution vis-à-vis de ces AESH.

Monsieur le ministre, comme rappelé dans le dernier courrier que nous vous avons adressé, il ne suffit pas de crier sur tous les toits (médias, réunions, audiences…) que le handicap est une priorité du quinquennat, il faut des mesures concrètes et fortes, notamment une hausse significative des salaires des AESH, piliers de la réussite de l’école inclusive. On ne peut pas concevoir que les revalorisations mises en œuvre à partir de 2021 ne concerneront pas les AESH. Les AESH et le SNALC attendent donc que vous honoriez vos engagements et que vos décisions soient enfin en adéquation avec vos annonces.

Ainsi, lors du Comité Technique Ministériel (CTM) du 27 novembre, le Directeur Général des Ressources Humaines affirmait au SNALC, que le ministère de l’Éducation nationale reviendrait vers lui avec des propositions sur les AESH, qu’il y travaillait. Une fois de plus, une volonté politique de revalorisation des AESH est certes affichée, mais qu’en est-il de sa sincérité ?







SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox