ET PENDANT CE TEMPS…

ET PENDANT CE TEMPS…

ET PENDANT CE TEMPS…



Par Véronique Mouhot et
Philippe Lencroz
SNALC premier degré
premierdegre@snalc.fr
Le 20 novembre 2020


Ne jetez pas les enfants !

Le confinement mettant à mal la pratique sportive, des parents d’élèves ont trouvé une alternative pour pallier leur manque de dépense physique : le lancer d’enfants.
L’idée et l’usage ne sont pas nouveaux mais les médias s’en sont récemment fait l’écho au sujet d’une école primaire d’Avignon. Des parents retardataires, trouvant porte close, « jetaient » leurs enfants par-dessus la grille, alors que plus personne n’était dans la cour pour les accueillir. Et ce, au mépris des consignes sécuritaires les plus élémentaires. Les bâtiments scolaires sont généralement fermés sur temps d’enseignement pour parer à toute intrusion. Que se passera-t-il si un jeune élève se retrouve seul dans la cour et que personne ne le remarque avant une bonne heure ?
Le retard n’excuse pas tout. Pour autant, cette pratique est révélatrice du problème des écoles injoignables, sans personne pour ouvrir le portail, décrocher le téléphone, accueillir les retardataires, en dehors des heures d’ouverture du portail et des heures de récréation. Voilà notamment pourquoi le SNALC réclame des aides humaines dans les écoles.
Passer son enfant par-dessus le portail ou le grillage illustre également le manque de respect de certains parents envers l’institution : les enseignants ne sont pas à leur service et il serait bon de rappeler leurs devoirs aux parents afin d’éviter des drames.


Nous sommes vraiment trop choyés !

Le SNALC travaille sur la question de la souffrance au travail depuis longtemps et avec le développement de la Gestion des Ressources Humaines dans l’Education nationale, nous aimerions vous dire que cela va mieux. Mais non !
Les annonces médiatiques restent le mode de fonctionnement préféré de notre ministre et beaucoup d’entre nous ironisent en disant qu’il faut regarder BFM ou lire le JDD pour savoir ce qui va se passer. Pour le SNALC, cela est irrespectueux de tous les agents du ministère de l’Éducation nationale.
La prise en compte des risques psychosociaux est inexistante. Toute bienveillance, si tant est qu’il y en ait eu une à notre égard, s’est tarie. En cas de deuxième vague, « Nous sommes prêts ! » déclarait le ministre. Et bien nous le constatons avec le traitement de faveur accordé aux écoles. Mais le pompon, c’est entendre dire que nous sommes choyés, par la bouche du Premier ministre.
Pour s’en persuader, le SNALC vous propose quelques petits rappels appréciables : salaires dérisoires, journée de carence, généreuse réforme des retraites, absence de masques ou masques toxiques, informations pour les personnels vulnérables arrivant systématiquement après une rentrée, une réglementation du télétravail dans la fonction publique qui ne s’applique pas aux professeurs, une protection fonctionnelle peu effective, et des professeurs qualifiés de preneurs d’otages…


Prise en charge de l'abonnement transport domicile-travail

Ce n’est pas parce que nous sommes en « état d’urgence sanitaire » que nos droits sont suspendus.
Et comme disait un vieux slogan publicitaire « Ils ne s’usent que si on ne s’en sert pas. »
La prise en charge de l’abonnement transport domicile-travail est un droit trop souvent ignoré. Sortons-le de l’ombre.

Le décret n°2010-676 du 21 juin 2010 et la circulaire d'application du 22 mars 2011 définissent et encadrent son exercice.

Bénéficiaires
Titulaires, stagiaires ou non-titulaires, sauf cas précis (indemnités de déplacements, logement de fonction, transport gratuit, allocation spéciale handicap).

Abonnements
Nominatifs, exclusivement sous forme de cartes d’abonnements. Louer un vélo est aussi pris en charge partiellement sous condition.

Montant
Moitié du montant de l’abonnement, limité à 86,16 € par mois. Lors d’une quotité de service inférieure à un mi-temps, la prise en charge est réduite de moitié. Prise en charge complète pour les autres quotités.

Versement
Mensuel, ou trimestriel pour les abonnements annuels, sur présentation des justificatifs. Exonéré d’impôts sur le revenu. Un formulaire type de prise en charge par abonnement, à compléter et à retourner au service départemental dédié (également destinataire des pièces justificatives), figure en annexe de la circulaire d’application référencée ci-dessus.
Comme dirait un autre slogan : « Alors, pourquoi s’en priver ? »

Image : https://pxhere.com/fr/photo/1334738
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox