APSH ET APESH: UNE AUTRE FORME D’ACCOMPAGNEMENT

APSH ET APESH: UNE AUTRE FORME D’ACCOMPAGNEMENT

APSH ET APESH




APSH ET APESH :


UNE AUTRE FORME D’ACCOMPAGNEMENT






©jitpawee_s - Pixabay.com




Article publié dans la Quinzaine universitaire n°1446 du 13 novembre 2020
Par Sylvie MORANTE CAZAUX (Secteur AESH)




La loi handicap a créé des devoirs pour l’Éducation nationale envers ses personnels en situation de handicap. Ainsi, l’État doit permettre aux agents concernés de conserver un emploi correspondant à leur qualification, de l’exercer et d’y progresser.

Ils peuvent bénéficier d’aménagements du poste de travail et dans certains cas d’une assistance humaine prodiguée par un Accompagnant des Personnels (Enseignant) en Situation de Handicap. Dans ce cas, la responsabilité de l’enseignant demeure pleine et entière pour les contenus pédagogiques ainsi que pour la sécurité des élèves.

L’APESH, dans le cadre de ses missions, peut exécuter des tâches matérielles (déplacement, manipulation du matériel…).

Il peut aider l’enseignant dans la préparation des cours, la correction des copies, l’élaboration de documents administratifs… Il peut aussi lire et écrire à sa place ou sous sa dictée.

Sous les directives de l’enseignant, il peut contribuer à assurer la surveillance et la discipline dans la classe. Cependant, les textes de cadrage restent flous, ce qui met parfois APESH et personnels accompagnés dans des situations difficiles. Ainsi, en fonction des académies, les APESH sont autorisés – ou non – à se déplacer au domicile des enseignants pour effectuer leurs missions.

Par ailleurs, le recrutement est très différent en fonction des académies. Ici, un entretien rapide suffit ; là, plusieurs entretiens sont menés, des qualifications dans la matière enseignée par le professeur sont demandées, on effectue des tests d’orthographe…

Les APSH doivent bénéficier d’une formation en relation avec leur métier. En réalité, ils sont formés « sur le tas », par les personnels accompagnés. C’est très personnalisé, mais complètement inapproprié !

Quant aux contrats, ils sont soumis aux mêmes règles que ceux des AESH : les rémunérations sont tout autant outrageusement basses !

Si ce métier est très enrichissant, il n’en reste pas moins très mal payé. Le SNALC revendique pour les APSH et les APESH une nette augmentation des salaires et un cadrage national plus précis et actualisé (la dernière note ministérielle datant de 2014 !) concernant les missions, le recrutement et la formation de ces personnels.







SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox