COMITÉ DE SUIVI DE LA TRANSFORMATION DE LA VOIE PROFESSIONNELLE DU 07/10/2020

COMITÉ DE SUIVI DE LA TRANSFORMATION DE LA VOIE PROFESSIONNELLE DU 07/10/2020

COMITÉ DE SUIVI DE LA TRANSFORMATION
DE LA VOIE PROFESSIONNELLE DU 07/10/2020


Valérie Lejeune-Lambert,
Responsable PLP Snalc versailles
plp@snalc.fr
Le 22 octobre 2020

Le Snalc a fait savoir au Comité que les PLP sont épuisés, désabusés et inquiets pour leurs conditions de travail. Ils craignent que ces dernières déjà bien dégradées ne le soient encore davantage dans un proche avenir.

Un constat de rentrée catastrophique.

La transformation de la Voie Pro se fait à marche forcée : co-intervention, chef d’œuvre, nouveaux programmes pour l’enseignement général publiés tardivement, rénovation des diplômes et nouvelles familles de métiers. Pour preuve, le Ministère n’est même plus en mesure de publier les textes réglementaires en temps et en heure ! La Dgesco a bien confirmé :

  • la fin du diplôme intermédiaire et la mise en place d’une attestation en fin de première pour les élèves de la voie scolaire dès cette année,

  • l’évaluation du chef d’œuvre en bac pro consistera en un oral à l’instar du CAP.

Ces deux points étaient inscrits dans un projet de décret présenté au CSE le 01/04/2020. Ils sont toujours en attente de parution au JO. Ils seront publiés sans modifications malgré l’avis défavorable du CSE. (Cf article Snalc du 17/04/2020).

La mise en œuvre de la TVP met la charrue avant les bœufs et ne tient pas ses promesses mais peu importe.

  • Si les Régions, décideurs pour la carte des formations, n’ouvrent pas, dans les LP, les sections qui permettraient aux familles de métiers de se concrétiser réellement et ne restent pas uniquement un concept juridique permettant des économies substantielles en termes de divisions de seconde et donc de postes de PLP,

  • Si les emplois du temps des personnels, entre concertation pour les nouveaux dispositifs pédagogiques et apprentissage engendrent une amplitude et une surcharge de travail inacceptables,

  • L’absence de moyens financiers dédiés pour le Chef d’œuvre,

  • Les heures de concertation insuffisantes quand elles sont appliquées ce qui n’est même pas toujours le cas dans les établissements,

  • La crise sanitaire... Elle sert même de prétexte à notre employeur :
➤ pour préconiser une mise en œuvre des PMFP irrespectueuse de nos statuts au travers d’un FAQ publiée en catimini en septembre. Interrogée sur ce point la Dgesco explique qu’il ne s’agit que de suggestions d’organisation. Le Snalc appelle tous les PLP a refusé, dans les établissements, tout dispositif contraire à la circulaire de 2016.
 https://www.snalc.fr/national/article/6003/
➤ pour introduire le concept d’hybridation qui ouvre la porte à des heures de service devant un public sans limite d’âge ni d’effectif.

Face au déluge de difficultés rencontrées sur le terrain, la Dgesco avance les heures gagnées pour l’enseignement en raison de la disparition du DI… Et pour répondre aux écarts entre les promesses faites aux élèves et à leur famille et la mise en œuvre de la TVP, elle plaide pour un peu de patience. Le lancement de la réforme n’en étant qu’à sa deuxième année. La conférence des diplômes, la publication d’une carte interactive des formations, le développement des campus de métiers et la coloration des diplômes permettront à la Voie Pro d’atteindre le nirvana de l’insertion professionnelle et donc de l’attractivité …

Les choses n’étant pas déjà suffisamment compliquées, ce comité a été l’occasion de présenter l’aménagement des heures de Co-intervention pour l’année de terminale à venir. Quatre hypothèses ont été évoquées laissées à l’initiative des établissements, dans le cadre du projet d’établissement :

  • mise en œuvre d’un enseignement de philosophie sous le vocable d’atelier ou d’initiation,

  • introduction d’une discipline autre que le français et les maths,

  • un renforcement sur les maths, le français ou le module d’insertion professionnelle,

  • aucune modification des dispositifs prévus.

Le pire reste à venir.

Le prochain Comité de Suivi du 2 décembre 2020 doit évoquer l’apprentissage et les PFMP.

Depuis le lancement de la Transformation de la Voie Professionnelle, le Snalc a bien compris que l’objectif de cette réforme, sous couvert d’arguments pédagogiques fallacieux, n’a qu’un seul but déconstruire le statut des PLP. C’est pourquoi, il continuera à être présent à ce Comité pour défendre coûte que coûte les intérêts moraux et matériels des PLP.
 
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox