RÉFORME DU LYCÉE: MASCARA OU MASCARADE ?

RÉFORME DU LYCÉE: MASCARA OU MASCARADE ?

RÉFORME DU LYCÉE GÉNÉRAL ET TECHNOLOGIQUE


MASCARA OU MASCARADE ?





© iStock - Happycity21


Par Sébastien VIEILLE, secrétaire national à la pédagogie. Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1443 le 10 juillet 2020





Lorsque le comité de suivi de la réforme du lycée se mit en place, il s’agissait de travailler avec les différents acteurs de l’Éducation nationale pour faire mieux. Il y avait des lignes directrices, mais aucun sujet tabou. Le SNALC avait alors dit : banco !

Les groupes de travail furent sérieux et donnèrent lieu à de vraies réflexions. Le SNALC joua son rôle pleinement, s’appuyant sur des enquêtes larges et rendant des propositions concrètes et étayées.

Certains consensus se dégageaient notamment sur la fin de la première vague des E3C. Les copilotes prenaient conscience de la nécessité de changements importants.

Puis, vint le 30 juin 2020.

On connaît désormais les préconisations du comité et, grâce à un communiqué, ce que le ministre entend en retenir. La première décision prêterait presque à sourire. Les E3C posaient problème. Ils vont changer de nom ; la belle affaire. Et il n’y aura plus de commission d’harmonisation après les E3C1. Elles se tiendront en fin de première puis en fin de terminale. C’est confondant !

D’autres changements sont cosmétiques. Ainsi, il sera désormais possible aux professeurs de commenter les sujets de la banque nationale. Et les épreuves finales voient leur durée harmonisée.

Au final, on assiste surtout au renforcement de l’autonomie des établissements. Déjà, on pouvait laisser ou non un temps de concertation pour choisir les sujets puis pour corriger. On plaçait les évaluations comme on l’entendait sur une période. On aura encore plus le choix en termes de calendrier. Même la durée des évaluations pourra varier, le texte posant une durée maximale de deux heures, afin qu’il soit possible de les faire tenir sur deux plages de cours et donc de ne pas banaliser une seconde. Par contre, les sujets seront les mêmes. Allez comprendre.

Le SNALC, attaché au caractère national du diplôme et désireux que le baccalauréat conserve – on serait tenté de dire retrouve – du sens, ne saurait se contenter de modifications marginales, dignes d’un ripolinage bon marché. Nous continuerons de porter des changements majeurs comme la suppression de la première vague d’E3C et le maintien de trois spécialités en terminale.
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox