RAPPORT SUR LES PRÉCONISATIONS

RAPPORT SUR LES PRÉCONISATIONS

RAPPORT SUR LES PRÉCONISATIONS


Frédéric ELEUCHE,
Secrétaire national du SNALC
Chargé des personnels administratifs,
techniques, de santé et sociaux
administratifs@snalc.fr
Le 6 mai 2020

Ce rapport est composé de deux documents, l’un de 63 pages consacrées au premier degré, l’autre de 56 pages consacrées au deuxième degré.

Les préconisations sont identiques presque au mot près dans les deux documents. On évoque par exemple les personnels techniques dans le premier document alors qu’ils n’existent pratiquement pas dans les écoles maternelles ni élémentaires. Mais c’est parce qu’on les trouve dans le deuxième document.

Dans les deux, dès le début, les médecins et les infirmiers de l’éducation nationale apportent expertise et conseils aux équipes concernant l’hygiène, les gestes recommandés et les survenues éventuelles dans le cas de COVID-19. On prévoit aussi de mettre à disposition des infirmiers du service médical et des SST des masques adaptés pour traiter les suspicions ainsi que des blouses, lunettes de protection ou écran facial et des gants.

On s’a ssure également que le stock matériel mis à disposition pour le personnel de santé est en quantité suffisante (masques FFP2 sans valves de référence si suspicion et masques chirurgicaux dans le cas contraire, blouses, lunettes de protection ou écran facial, gants (pour les maternelles et élémentaires)

En cas de gestion d’un cas suspect, prévenir « le personnel de santé de l’éducation nationale » Pourquoi ne pas parler tout simplement d’infirmier ? pour l’aide à l’analyse des contacts de l’élève depuis les 48 h précédant le début des symptômes.

C’est seulement dans le document consacré au secondaire qu’en cas de suspicion, on recommande de mettre l’élève dans le local de l’infirmerie.

En conclusion, on évoque bien dans les deux documents les médecins et les infirmiers sans aller jusqu’à détailler leur tâche, mais c’est normal : les médecins et les infirmiers n’auraient pas apprécié qu’on leur dictât ce qu’ils auraient à faire.

On s’étonnera seulement que les deux documents détaillent de façon aussi précise et concrète les instructions sur la taille, les espacements, le nettoyage, les produits de nettoyage, etc. Un problème : les instructions sont rédigées au futur mais sauf exception, on ne sait pas à qui elles s’adressent. Or, dans la plupart des cas, le travail décrit s’adresse aux ATSEM dans les écoles maternelles et aux ATTEE dans les collèges et les lycées. Autrement dit, on écrit comme si l’on était assuré que ces personnels seront présents et accepteront de faire tout le travail qu’on leur demande de faire plusieurs fois par jour ; comme si l’on était assuré que le matériel exigé sera obtenu et en mesure d’être distribué. On va jusqu’à parler des masques FFP2 dans un dossier et de masques chirurgicaux dans l’autre sans oublier les FFP1 ! Qui va se les procurer ? Auprès de quels organismes ? Or, n’oublions pas que les personnels adultes doivent être masqués tous les jours, toute la journée ! Cela suppose un nombre considérable de masques, de blouses, de gants, une quantité énorme de liquide hydro alcoolique, de savon, etc.

On ne peut que s’inquiéter.
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox