LES PRÉTENTIONS DES RÉGIONS

LES PRÉTENTIONS DES RÉGIONS

LES PRÉTENTIONS DES RÉGIONS


Par Frédéric ELEUCHE,
Secrétaire national du SNALC
Chargé des personnels administratifs,
techniques, de santé et sociaux
administratifs@snalc.fr
Le 6 mai 2020

Hervé Morin, président de la Région de Normandie, a dit lors d’un congrès de l’association des régions de France : « Sur les gestionnaires des collèges et des lycées, il serait cohérent que ces hommes et ces femmes dont l'essentiel de la responsabilité est de gérer nos crédits et nos personnels soient sous l'autorité des départements et des régions... La logique serait que ces gestionnaires soient transférés collectivités pour simplifier largement l'organisation et le fonctionnement des collèges et des lycées".

Les collectivités ne comprennent absolument rien aux EPLE, rien que les propos du président de l'ARF montrent qu'il n'a pas compris. Un établissement public est autonome...il est dirigé par un conseil d'administration présidé par le chef d'établissement nommé par l'état il ne gère pas les crédits du département ou de la région, il gère ses propres crédits qui lui ont été délégués pour accomplir sa mission. Il dispose d'un agent comptable, ce que jalouse la collectivité car nous travaillons plus vite que la DDFIP dont elles dépendent davantage. Le gestionnaire gère certes le personnel territorial mais il gère aussi le personnel d'Etat ! Il est par ailleurs l'adjoint d'un personnel d'Etat duquel il est dépendant hiérarchiquement qui lui donne ses objectifs et l'évalue en fin d'année. Objectifs dont le principal est d'être au service de l'enseignement et des élèves et pas de la région ! Nos objectifs ne sont jamais d'optimiser les moyens par exemple, mais plutôt de permettre tel ou tel projet pédagogique (et pour cela bien sûr qu'on va optimiser les moyens mais la présentation est différente).

Par ailleurs, le contrôle de légalité de nos actes est effectué par l'Etat. La collectivité n'a son mot à dire que sur les budgets et les décisions modificatives du budget. Leur pouvoir est donc extrêmement maigre, ce qui les fait enrager. Elles se sont d'ailleurs bien fait avoir avec la décentralisation, car elles se rendent compte qu'elles ne sont que des financeurs sans réels pouvoirs...
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox