J’VEUX PLUS ALLER À L’ÉCOLE ! » OUTILS ET SOLUTIONS DE RECONVERSION.

J’VEUX PLUS ALLER À L’ÉCOLE ! » OUTILS ET SOLUTIONS DE RECONVERSION.

J’VEUX PLUS ALLER À L’ÉCOLE ! » OUTILS ET SOLUTIONS DE RECONVERSION.


Épisode 7, quitter progressivement puis définitivement le métier

Par Sylvie MORANTE CAZAUX
SNALC premier degré
premierdegre@snalc.fr
Le 28 avril 2020

ARTICLE :

Nous avons parfois besoin de changer de rythme et de quitter la classe quelques jours, que ce soit pour « lever le pied » ou pour nous lancer dans une autre activité. De même, certains d’entre nous choisissent de quitter le métier progressivement ou définitivement.

Cet article présente les différentes options possibles.

ENSEIGNER A UN AUTRE RYTHME :

  • Le cumul d’activités

En principe, un fonctionnaire ne peut exercer une autre activité. Toutefois, il peut cumuler des activités accessoires publiques ou privées, sous réserve que celles-ci soient compatibles avec son activité principale et n'affectent pas son exercice. Elles doivent également ne pas porter atteinte à la neutralité du service public. Certaines activités peuvent être exercées sans autorisation, d’autres nécessitent une déclaration voire une autorisation préalable.

Retrouvez la liste exhaustive de ces activités en suivant ce lien.

Voici le témoignage de C., photographe à temps plein :

Ma vocation s'est effondrée dès ma deuxième année. Un élève très difficile à gérer, qui « polluait » ou détruisait tous mes temps d'apprentissage dans une ambiance violente permanente. S'y sont ajoutés une absence de soutien des collègues, du réseau et de l'administration. On m'a fait comprendre que j'étais trop fragile, incompétente et que cette situation impossible venait de moi. J'ai tenu, je ne sais pas trop comment, mais j'en suis sortie complètement écœurée du système scolaire. J'avais la chance d'avoir à côté une passion qui pouvait devenir un métier, la photographie, et c'est ainsi qu'une porte de sortie m'est apparue. J'ai créé mon entreprise un an après.
Je voulais au départ simplement cumuler les deux activités, pour m'offrir une bouffée d'oxygène et pour me prouver que j'étais capable de créer et de réussir. Je me suis renseignée sur les possibilités de cumul d'activités. J'ai envoyé le formulaire de demande et il a été accepté à mon grand soulagement.
Plutôt simple finalement. J'ai cumulé les deux activités 2 ans en étant PE à temps plein.



  • Le temps partiel
➢ Un temps partiel de droit peut être accordé pour la création ou reprise d’une entreprise, pour une durée maximale d'un an, renouvelable une fois. Vous devrez fournir les justificatifs relatifs à la création ou reprise d'entreprise.
➢ Vous pouvez également demander un temps partiel sur autorisation pour convenances personnelles. Votre délégué du SNALC saura vous épauler dans cette démarche.

Voici le témoignage de C., photographe à temps plein :

Suite à ma demande de cumul d’activités, j’ai obtenu deux ans de suite un mi-temps pour création d'entreprise (un an de droit et un an sur autorisation).

Voici le témoignage de F., professeur des écoles en PS/MS/GS et art-thérapeute :

Après la réussite de mes études, j'ai obtenu le droit de cumul d'activités et un temps partiel pour raisons personnelles, mais je vis sous la menace qu'il ne soit pas renouvelé.
J'ai vraiment senti une diminution de mes revenus. En revanche, je me sens vraiment revalorisée dans mon travail et plus sereine pour aborder les tracas que l'on rencontre dans notre travail.
Par contre, je regrette de ne pas avoir été renseignée sur les risques de sur-cotisation pour la retraite. Je reverse beaucoup plus que nécessaire car je paye aussi la part patronale.


UN DEPART PROVISOIRE, LA DISPONIBILITE :

Le fonctionnaire est placé hors de son administration, perd ses droits à avancement et à sa retraite, ainsi que son poste.

La disponibilité est accordée après demande, sous réserve de nécessités de service. Elle est accordée de droit pour :

  • Raison de santé pour 1 an, renouvelable 2 fois (décision du Comité médical),

  • Suivre son conjoint,

  • Élever un enfant de moins de 8 ans,

  • Adopter un enfant à l’étranger (6 semaines),

  • Soigner un conjoint malade ou un enfant (3 ans renouvelables).
Elle est accordée sur autorisation pour :

  • Reprendre ou créer une entreprise (2 ans),

  • Faire des études (3 ans maximum, renouvelable une fois).

Attention, même si l’administration ne rémunère plus l’agent, elle se réserve le droit de vérifier régulièrement que les conditions restent réunies pour que l’agent puisse disposer de ce congé.

Voici le témoignage de C., photographe à temps plein :
A la naissance de ma fille, j'ai demandé une disponibilité de droit pour élever un enfant de moins de 8 ans.


LE DEPART DEFINITIF

  • La rupture conventionnelle de contrat

La rupture conventionnelle consiste en un accord amiable par lequel l’enseignant et son administration conviennent des conditions de cessation définitive de fonctions. La possibilité pour un fonctionnaire de convenir de cette disposition sera possible du 1er janvier 2020 au 31 décembre 2025.

Elle ne peut pas être imposée par l'une ou l'autre des parties.

Si vous signez une rupture conventionnelle avec l’administration, vous percevrez une indemnité de rupture. Vous aurez également droit aux allocations chômage, si vous en remplissez les conditions d’attribution.

Pendant la procédure de rupture conventionnelle, vous pouvez vous faire assister par un conseiller désigné par une organisation syndicale représentative de votre choix. Le SNALC sera là pour vous épauler.


  • La démission

Le fonctionnaire doit formuler par écrit sa demande de démission et l’adresser au recteur qui dispose du droit d’accepter ou de refuser cette démission dans l’intérêt du service. L’administration a quatre mois pour répondre. En cas de refus, l’enseignant peut saisir la commission administrative paritaire. La démission prend effet à la date fixée par la demande (prévoir donc un délai de quatre mois dans la demande).

L’acceptation de la démission est irrévocable et a pour effet la perte de la qualité de fonctionnaire.

Voici le témoignage de C., photographe à temps plein :

La prochaine étape sera la démission. Un changement de carrière et de statut amène nécessairement son lot d'inquiétudes et d'interrogations. A fortiori quand on quitte la sécurité d'un emploi de fonctionnaire pour l'insécurité du statut d'indépendant.
J'ai eu la chance incroyable de pouvoir procéder par étapes. J'ai d'abord pu tester la demande, le marché et mes compétences de gestionnaire en restant PE à temps plein. Quand mon temps libre n'a plus suffi à répondre à la demande, j'ai pu continuer de développer mon activité à mi-temps. Et quand j'ai fini par demander ma disponibilité, j’étais rassurée quant à la stabilité de mon activité.
Créer mon entreprise m'a permis d'avoir plus de temps en famille. J'ai pu profiter de ma fille un à deux jours par semaine jusqu'à son entrée à l'école. Le reste de la semaine, je m'occupe d'elle jusqu'à 10h le matin. Je travaille un peu moins d'un samedi sur deux dans l'année. Nous prenons 6 à 7 semaines de congés par an.
Du point de vue du salaire, j'ai toujours pu subvenir aux besoins de ma famille et continuer de partir en vacances. Nous avons également acheté notre maison alors que j'étais à mi-temps PE. J'ai toujours gagné au minimum 1500€ par mois.
Cela constitue une concession importante par rapport à l'argent que je pouvais gagner lorsque j'étais en poste puisque j'étais remplaçante et que les ISSR venaient s'ajouter à ma rémunération.
Cependant, sachant que je passe au moins un jour par semaine avec ma fille, cela reviendrait à un 80% dans l'Éducation nationale.



  • Pour vous accompagner, MOBISNALC

Le SNALC propose à ses adhérents un dispositif d’aide à l’évolution professionnelle, mis en place à partir du réseau « Aide aux profs » très actif depuis de longues années. Concrètement, MobiSnalc propose des conseils pour faire un CV, un bilan de compétences et pour affronter des entretiens d’embauche.

Pour connaître les astuces, les bons formulaires à remplir et contacter les services adéquats, demandez l’aide de votre délégué syndical du SNALC !
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox