Reprendre l'école normalement le 11 mai c'est utopique !

Reprendre l'école normalement le 11 mai c'est utopique !




"Reprendre l'école normalement le 11 mai

c'est utopique !"




Jean-Rémi Girard, président du SNALC, au micro de Valérie Expert sur Sud Radio.



Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo :



EXTRAITS :


Citation:
"On ne voit pas très bien comment cela peut être fait sous une forme réelle de l'Ecole avec cours aux élèves. La seule chose qui nous semble réellement possible, c'est l'accueil des enfants des personnels soignants que l'on pourrait étendre à d’autres catégories de personnes nécessaires à la reprise économique. Mais croire qu'on va pouvoir refaire cours normalement à des élèves comme si rien ne s'était passé, c'est complètement utopique"


"JM Blanquer est devenu prudent car on a connu dans le passé beaucoup d'annonces très assertives, parfois contredites le jour même. Donc à un mois de la reprise, dire que ça va se passer comme ci ou comme ça, ça paraît impossible."


"La question n'est pas juste le gel ou le savon, il va falloir une doctrine. Est-ce qu'on met des masques aux élèves? comment fait-on pour les élèves de maternelle ? Vont-ils rester à 1m de distance les uns des autres?"



Question : Le ministre a déclaré que le 1er critère est d'abord social, pour sauver les élèves qui pourraient partir à la dérive, les publics les plus fragiles ?


"Le 1er critère, on l'a tous compris, il est économique. A un moment, il va falloir le dire clairement. Ce n'est pas un gros mot : "économie", ce n'est pas une insulte de dire qu'il va falloir penser à l'économie. Si on reprend beaucoup d'activités, il faut savoir ce qu'on fait des enfants.
Habituellement, c'est l'école qui a la charge des enfants pas juste pour faire garderie mais pour les instruire.
Mais il faut arrêter de dire que le 1 mois et demi de cours qui reste, ça va être le gouffre irrattrapable. Ce n'est pas ça la priorité. Pour nous, la priorité, elle n'est ni sociale, ni économique, elle est sanitaire !"


"Si les conditions ne sont pas réunies début mai pour la reprise dans des conditions correctes, on ne reprendra pas. Rappelons que le premier mort français, c'est un enseignant."


"Sur les groupes à effectifs réduits, actuellement pour l'accueil des enfants de personnels soignants, les groupes sont limités de 8 à 10 enfants. Transposez cela à des classes de lycée à 35 élèves, voyez combien de groupes il faut faire pour une classe... On ne sera de toute façon pas en mesure de faire école normalement.
Mais alors on fait quoi ? Si c'est pour ne pas faire école, est-ce qu'il ne faut pas plutôt continuer à dire qu'on assure l'accueil des enfants qui en ont absolument besoin, des enfants des personnes qui travaillent de façon indispensable actuellement ?"


"Je rappelle que l'an dernier, on a dû repousser le brevet parce qu'il faisait 40°C dans les salles... qu'est-ce que ça va être avec des masques? Il faut que les conditions de santé et de sécurité soient clairement posées."


"La position du SNALC mi mars, c'était déjà la santé et la sécurité ; ça n'a pas changé mi avril, ça ne changera pas mi mai."





-----------------------------

Consulter la rubrique dédiée sur le coronavirus


SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox