REDRESSEZ-VOUS ET RELEVEZ LA TÊTE !

REDRESSEZ-VOUS ET RELEVEZ LA TÊTE !

REDRESSEZ-VOUS ET RELEVEZ LA TÊTE !


Par Véronique MOUHOT
SNALC Premier degré
premierdegre@snalc.fr
Le 6 mars 2020

À l’ère de la communication à outrance, voilà à quoi se résument les déclarations de notre ministre : des dispositifs, des effets d’annonce, des écrans de fumée bienveillante et…rien derrière.

Après toute une série d’observatoires divers et variés, voici venue l’époque des questionnaires, consultations et question de la semaine. Après celui adressé aux directeurs d’école, fleurit en mars un questionnaire aux réponses anonymes, qui nous permettra de dire ce que nous attendons de la gestion des Ressources Humaines de notre ministère, de qualifier notre métier et d’exprimer nos besoins. Dépressions, suicides, démissions, burn-out, manque de soutien et de protection de la hiérarchie, inclusion obligatoire parfois violente et aveugle, dénigrement et injustice ressentis suite aux avis pérennes et iniques des rendez-vous de carrière, perte de sens du métier, perte du pouvoir d’achat etc. ne sont peut-être pas suffisamment entendus ou bien compris. Le questionnaire enseignant est là pour nous donner la parole, à défaut de nous donner du baume au cœur.

En effet, comment garder le moral quand on apprend que l’Education nationale a perdu 400 millions d’euros avec le logiciel de paie SIRHEN stoppé en 2018, montant astronomique relevé par la Cour des Comptes mardi 25 février 2020 ? Et on ose encore nous dire qu’il n’y a pas de budget pour tous nous augmenter.

Comment croire à la volonté de revaloriser notre métier lorsque notre revalorisation n’est liée qu’à la réforme des retraites ? Sur 4 scénarios de revalorisation - notre vie n’est pas une fiction basée sur un scénario pourtant ! - maints collègues seront laissés sur le bord de la route.

Nous sommes quand même la seule profession où la revalorisation est également conditionnée à une refondation du métier, à du travailler plus pour gagner plus ! Et avancer les stages de réussite comme un moyen d’améliorer son pouvoir d’achat relève là-aussi de la plaisanterie de mauvais goût : ces stages existent déjà et devraient concerner tous les niveaux de classe si l’amélioration de notre rémunération était vraiment une volonté ministérielle.

Que souhaite-t-on nous faire avaler ensuite sur la retraite des professeurs quand on voit que l’article 1 et la loi de programmation n’ont pas leur place dans le projet de loi ?

Comment croire à une amélioration de la mobilité individuelle quand la fin du paritarisme par la disparition progressive des CAPD va à l’encontre même d’une meilleure gestion individualisée ?

La Gestion des Ressources Humaines de proximité est en « plein essor », mais localement, les chargé(e)s des ressources humaines ne sont bien souvent que des relais ; ils vous renvoient vers le Conseiller Mobilité Carrière, qui lui parfois vous conseille de rester PE. Et à ce stade, le SNALC attend encore de voir pour y croire.

L’arrivée de la rupture conventionnelle va-t-elle arranger les choses ? Le SNALC pressent déjà qu’il n’y en aura pas pour tout le monde et qu’elle sera accordée au compte-gouttes. De plus, prenez bien garde : elle n’existe que jusqu’en 2025 dans la fonction publique.

Quant au Compte Personnel de Formation, il nous est enfin ouvert ? Oui, mais pas pour tout le monde là non plus ; l’enveloppe est trop petite au regard des demandes et les budgets alloués sont dérisoires.

Chers collègues, votre passivité est toxique et se retourne contre vous. Ne soyez plus spectateur ni victime infantilisée. Reprenez-vous en main ! Ne vous laissez plus imposer des animations pédagogiques annoncées seulement 48h avant. Ne vous laissez pas filmer en classe pour une soi-disant formation mathématique si vous ne le désirez pas. Pratiquez le SME : service minimum d’enseignement. Stoppez les voyages, les sorties qui dépassent les horaires de classe, les fêtes et kermesses.

Nous sommes quand même la seule profession qui doit se laisser insulter et frapper ! Et il faudrait en plus subir en silence, avaler des couleuvres ministérielles et continuer à faire des heures supplémentaires non rémunérées ?

Respectez-vous et faites-vous respecter. Le SNALC est là pour vous aider, vous faire connaître vos droits et mieux les affirmer.
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox