LA CO-INTERVENTION : UNE COPIE À REVOIR

LA CO-INTERVENTION : UNE COPIE À REVOIR

LA CO-INTERVENTION : UNE COPIE À REVOIR


Alexandra CHIARELLI BARTOLI
Responsable PLP académie de CORSE
Le 17 février 2020

De la théorie...

Une finalité affichée : Favoriser la réussite des élèves

La Co-intervention mise en place dans le cadre de la transformation de la voie professionnelle pour la rentrée 2019, est une modalité pédagogique de mise en œuvre des référentiels et des programmes, dans laquelle deux enseignants interviennent ensemble, dans une même salle ou même lieu, au même moment.

Dans cette définition, la Co-intervention suppose nécessairement un Co enseignement :


  • Définition des objectifs et des contenus d’enseignement à partir des référentiels et des programmes,

  • Choix des moments et des formes de la Co-intervention pour atteindre ces objectifs,

  • Indicateurs d’évaluation pour l’analyse réflexive à la séance proposée.

À la réalité...

La pertinence de la Co-intervention interroge :

Elle soulève différents problèmes, tant au niveau des équipes pédagogiques qu’au niveau des élèves :


  • La concertation est absolument nécessaire et doit être envisagée en amont et de manière régulière : Projet d’enseignement, modalités, calendrier, mode d’intervention de chacun des enseignants, difficultés de répartition de prise de parole, différence de pédagogie entre les disciplines, ...

  • Le manque de formation : Les PLP n’ont pas bénéficier de modules de formation concrets,

  • La surcharge de travail invisible est pesante : Le pilotage est réalisé en dehors des heures de cours d’où la difficulté de trouver des créneaux de travail communs.

Attribuer des heures à la Co-intervention, c’est-à-dire doubler le taux d’encadrement ne fait pas en soi progresser les élèves si la Co-intervention n’est pas pensée en amont :

  • Le cours devient un cours magistral descendant et, sur une durée trop longue, les discours risquent de ne plus être distingués par les élèves,

  • Les rôles des professeurs sont déséquilibrés, les élèves ne comprennent pas souvent le rôle de chacun,

  • Un des professeurs anime l’ensemble de la séance pendant que l’autre observe : Ce choix ne met pas clairement en lien les disciplines pour les élèves,

  • L’efficacité de la Co-intervention très inégale, en fonction des établissements, génère des disparités au niveau des enseignements.

Pour toutes ces raisons et pour rendre la Co-intervention efficace et juste, le SNALC :

  • Propose une majoration du taux horaire à 1,25 pour compenser cette surcharge de travail des PLP ainsi que les pertes d’heures non comprises dans le volume complémentaire professeur (deux heures par classe).

  • Propose de mettre fin à la Co-intervention comme heures obligatoires.

  • Propose de rendre ces heures de Co-intervention pour faire du disciplinaire.

  • Propose que les heures de Co-intervention ne soient que des heures de projets payées en HSE à des binômes qui ont un projet commun et veulent travailler ensemble.

SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox