LES PIAL, C’EST LA BÉRÉZINA

LES PIAL, C’EST LA BÉRÉZINA

LES PIAL, C’EST LA BÉRÉZINA


Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1437
Par Philippe FREY, vice-président national du SNALC
Danielle ARNAUD, secrétaire nationale SNALC chargée des contractuels,
Le 28 janvier 2020


Septembre 2019, première rentrée catastrophique des PIAL. Novembre 2019, premier bilan gouvernemental : les chiffres sont bons ! Heureusement, le SNALC est là pour rétablir la vérité… La généralisation des PIAL prévue pour 2022 avance masquée mais sûrement. Plus de 40% des établissements français en ont déjà intégré un, parfois même sans le savoir !

Sur le terrain, c’est la Bérézina :

  • la circulaire du 6 juin 2019 n’est pas appliquée uniformément, ce qui a entraîné de nombreux dysfonctionnements au premier trimestre, notamment au niveau des contrats ;

  • les chefs d’établissement découvrent les PIAL à la dernière minute et en improvisent la mise en place avec leurs AESH ;

  • les coordonnateurs PIAL ne sont pas toujours nommés, faute de volontaires : cette charge de travail retombe bien souvent sur les AESH eux-mêmes alors que ce n’est absolument pas dans leurs attributions ;

  • les annonces gouvernementales ne sont pas suivies des faits : certaines présentées comme des nouveautés datent de 2005, telles que les 60 heures de formation initiale ;

  • les conditions de travail des AESH se dégradent : contrats erronés, emplois du temps « gruyère », augmentation du nombre d’enfants par AESH ;

  • les emplois du temps sont notifiés au gré des arrivées des nouveaux élèves, sans augmentation des effectifs AESH et dans ces conditions, trouver ou conserver un second emploi devient un tour de force ;

  • la mutualisation des notifications MDPH devient la norme, même si le gouvernement s’en défend ;

  • la professionnalisation des AESH n’en porte que le nom ;

  • le « livret inclusif » promis reste inexistant.
Le SNALC surveillera particulièrement le bilan de l’expérimentation des PIAL renforcés qui travaillent en partenariat avec les équipes médico-sociales créées à cette occasion.

En effet, la communication entre les Agences Régionales de Santé (ARS) et les services de l’Éducation nationale peut s’avérer tendue.

Les craintes du SNALC se sont hélas confirmées et nous continuerons à dénoncer les abus et les propositions mensongères du gouvernement.

SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox