Témoignage de Yasmina, collègue contractuelle d’espagnol – académie de Bordeaux

Témoignage de Yasmina, collègue contractuelle d’espagnol – académie de Bordeaux

Témoignage de Yasmina, collègue contractuelle d’espagnol – académie de Bordeaux


Depuis 2003 j’enseigne dans l’Académie de Bordeaux d’abord en tant que vacataire et depuis 2015 contractuelle en CDI de 8h00 en majorité dans les établissements professionnels !

Des classes difficiles, des ambiances toxiques, des collègues pas toujours très tendres, une communication défaillante au sein des équipes et de l’administration et chaque année des affectations différentes, auront été mon lot depuis quatorze ans.

Recrutée sur des diplômes de doctorats, de multiples expériences professionnelles dans le public à haut niveau et dans le privé, la catégorie 1 me fut longtemps refusée.

Aucune prise en compte de mon expérience professionnelle avérée y compris en tant que formatrice dans d’autres domaines que les langues et les lettres et c’est ainsi que j’évolue péniblement entre les écueils de la Grande Maison.

Comment enseigner de façon correcte, avec un déclassement à l’origine, un statut précaire et en prime une pression psychologique permanente, les angoisses du lendemain et les humiliations consenties en silence pour ne pas faire de vague, tenir et faire son chemin ?

Un professeur qui apporte un savoir et un élève qui le reçoit, telles sont les conditions essentielles de l’enseignement : la raison d’être de l’administration découle de ce binôme, qu’elle doit tout mettre en œuvre pour servir et protéger. Le professeur constitue donc la base de tout l’édifice de l’Éducation nationale, sans laquelle celle-ci n’a plus aucun sens. Le contractuel fait partie de cet édifice et doit être traité en tant que tel !
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox