L’ENSEIGNANT 3.0 SERA CONTRACTUEL

L’ENSEIGNANT 3.0 SERA CONTRACTUEL

L’ENSEIGNANT 3.0 SERA CONTRACTUEL


Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1436,
Par Philippe FREY, vice-président du SNALC
et Danielle ARNAUD secrétaire nationale chargée des contractuels
Le 09 janvier 2020




© iStock - maselkoo99

Lors de sa campagne électorale, E. Macron déclarait : « il n’est pas nécessaire d’être fonctionnaire pour enseigner » ! La loi de transformation de la fonction publique du 6 août 2019, en permettant le recours accru aux contractuels, concrétise sa conception.

Si une lecture naïve de cette loi laisse croire à une déprécarisation des contractuels, il n’en est rien puisque leurs conditions d’emploi ou de rémunération ne font pas l’objet d’aucune amélioration. Cette loi donnera simplement une plus grande souplesse à leur recrutement, en mettant en exergue la volonté politique de rompre avec le statut d’enseignant fonctionnaire. Ce dernier coûtant cher, trop cher aujourd’hui.

L’avenir de l’Éducation nationale est donc la contractualisation.

Déjà, entre 2008 et 2017, dans le public, le nombre de contractuels enseignants est passé de 27012 ETP à 43883, donc multiplié par 1,6, avec une explosion dans le 1er degré où ce nombre a été multiplié par plus de 2 entre 2012 et 2017.

Et c’est certain, avec des CDD, un risque permanent de non renouvellement, des salaires modestes et irréguliers, un avancement aléatoire, des passages par la case Pôle emploi, l’impossibilité de faire carrière, les contractuels ne risquent pas de devenir des « insiders » à l’intérieur du « système », comme le disait E. Macron en parlant du statut « inapproprié » des fonctionnaires en 2017.

Malgré lui, le contractuel est docile par crainte du licenciement, souple car changeant d’affectation en permanence, polyvalent au besoin, géré localement, peu coûteux avec une rémunération a minima puis une pension de retraite du privé ellemême minimale, connecté, indulgent envers ses élèves et éjectable car aisément licenciable. Il est l’archétype même de l’enseignant 3.0 dont rêvent nos technocrates, tout à fait adapté à notre société et l’alternative au statut de fonctionnaire qui « n’est plus adapté au monde tel qu’il va » et « surtout, n’est plus justifiable compte tenu des missions » (propos d’E. Macron en 2015).

Ainsi, l’enseignant idéal, pour nos élites, est flexible, de passage dans l’institution donc précaire, bon marché, bienveillant, dévoué et loyal et, une fois épuisé au bout de 10 ans de sacerdoce, il aura le bon goût de se reconvertir ailleurs. Le fameux enseignant 3.0 !

contact :
info@snalc.fr

SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox