AGRÉGÉ EN LYCÉE : UNE VOCATION À NE PAS CONTRARIER

AGRÉGÉ EN LYCÉE : UNE VOCATION À NE PAS CONTRARIER

AGRÉGÉ EN LYCÉE :

UNE VOCATION À NE PAS CONTRARIER




Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1429, mai 2019
Par Frédéric SEITZ, commissaire paritaire national agrégé et président du SNALC Versailles


Le SNALC défend la place des agrégés en lycée, dont le caractère essentiel consiste dans un enseignement disciplinaire général, solide et de qualité, ouvrant aux classes préparatoires, aux formations supérieures post-bac, aux études universitaires, et vecteur de leur démocratisation.

A l’heure où commence l’INTRA, rappelons que les élus du SNALC luttent pour que les agrégés, qui demandent une affectation en lycée, se voient appliquer une bonification de barème, en vertu de l’article 4 du décret n°72-580 du 4 juillet 1972 relatif à leur statut particulier : « les agrégés assurent leur service dans les classes préparatoires aux grandes écoles, dans les classes de lycée, dans des établissements de formation et, exceptionnellement, dans les classes de collège ».

Recrutés par le concours de l’Éducation nationale le plus sélectif, les agrégés, du fait de leur formation académique, de leur esprit d’analyse et de synthèse, de leur rapidité de travail, paraissent voués à servir de modèles aux élèves de toutes origines qui aspirent à faire de solides études, en lycée, pour les poursuivre en classes préparatoires, dans les formations supérieures post-bac, et en universités.

Mais le contenu de l’enseignement du lycée a été progressivement appauvri par une longue série de réformes successives, dont la dernière est celle de Jean-Michel BLANQUER. Voulant donner à l’élève la liberté de choisir ses matières selon ses goûts, elle abolit la différence entre l’appétence et la compétence, pourtant réelle et incontournable, car il ne suffit pas d’aimer une matière pour pouvoir en assimiler le contenu.

Le SNALC s’insurge contre un enseignement de lycée à la carte. Si ce dernier satisfait la curiosité d’une intelligence déjà instruite, il ne répond nullement aux besoins de connaissances générales d’un esprit à former, absolument nécessaires pour les études supérieures.

À rebours des réformes successives du lycée qui en appauvrissent l’enseignement disciplinaire, portant atteinte à la légitimité des professeurs qui persistent à vouloir transmettre des connaissances, le SNALC entend redonner au lycée sa richesse et sa finalité : il y défend, conformément à leur statut, la place des agrégés, dont le savoir académique et la maîtrise disciplinaire sont avérés.

SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox