LE PROJET D’ÉCOLE DE LA CONFIANCE CONCERNE LES INFIRMIÈRES ET LES ASSISTANTES SOCIALES

LE PROJET D’ÉCOLE DE LA CONFIANCE CONCERNE LES INFIRMIÈRES ET LES ASSISTANTES SOCIALES

LE PROJET D’ÉCOLE DE LA CONFIANCE
CONCERNE LES INFIRMIÈRES ET LES ASSISTANTES SOCIALES


L’on sait que M. Blanquer a déposé un projet de loi intitulé « L’école de la confiance » qui prétend réformer l’éducation nationale alors qu’il avait déclaré ne pas vouloir le faire.

Le contenu de ce projet soulève bien des objections et des craintes, surtout en ce qui concerne les collèges et les écoles, mais la presse s’est bien gardée de signaler les quelques articles qui intéressent directement les infirmières et les assistantes sociales.

Les principes généraux de l’éducation sont traités au début de la loi. Actuellement, l’article L. 121-4-1 est ainsi rédigé :

« La promotion de la santé à l’école relève en priorité des médecins et infirmiers de l’éducation nationale »


Un peu plus loin dans le titre « Vie scolaire » le chapitre consacré à la protection de la santé comporte aujourd’hui un article L. 541-1 qui indique que « Les actions sont en priorité assurées par les médecins et les infirmiers de l’éducation nationale »
Le projet du ministère est ainsi rédigé : La promotion de la santé à l’école relève « des personnels médicaux, infirmiers et sociaux de l’éducation nationale, travaillant en équipes pluri-professionnelles. » ;

Et l’article L. 541-1 devient

« L’ensemble des personnels de la communauté éducative participe à cette mission, assurée en priorité par les personnels médicaux, infirmiers et sociaux de l’éducation nationale, travaillant en équipes pluri-professionnelles.»


L’on constate donc que les médecins et les infirmières ne sont plus les seuls personnels chargés de la santé scolaire, mais qu’on y a ajouté les assistantes sociales. La nouveauté principale consiste à leur demander de « travailler en équipes pluri-professionnelles »

Cette expression figurait déjà dans le décret du 20 août 2014 relatif aux obligations de service des professeurs « Ils peuvent être appelés à travailler en équipe pluri-professionnelle associant les personnels de santé, sociaux, d’orientation et d’éducation »

Elle permettait évidemment de légitimer la présence de ces personnels dans les conseils de classe, même si les infirmières et les assistantes sociales sont en réalité tenues par le secret professionnel et qu’elles ne peuvent pas dévoiler devant les délégués d’élèves et de parents quoi que ce soit de l’état de santé ou des problèmes sociaux dont elles sont au courant.

Où l’on voit que les gouvernements de politiques opposées peuvent se succéder et continuer la même politique que leurs prédécesseurs, tout en jurant qu’ils pratiquent une politique différente et évidemment meilleure.

Il s’agit donc maintenant de surveiller le sort de ce projet de loi et donc de ces modifications lors de son examen au sénat.

Frédéric Eleuche,
Secrétaire national du SNALC Chargé des personnels administratifs, techniques, sociaux et de santé
administratifs@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox