CONTRATS DE PRÉPROFESSIONNALISATION : RÉELLE OPPORTUNITÉ POUR LES AED ?

CONTRATS DE PRÉPROFESSIONNALISATION : RÉELLE OPPORTUNITÉ POUR LES AED ?

CONTRATS DE PRÉPROFESSIONNALISATION

RÉELLE OPPORTUNITÉ POUR LES AED ?



Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1427, avril 2019
Par Danielle ARNAUD, secteur contractuels




Au moment où nous écrivons ces lignes, le projet de loi sur l’École de la confiance est à l’étude en première lecture à l’Assemblée nationale. Et c’est déprimant.


Le projet de loi « Pour une école de la confiance » prévoit un pré recrutement de professeurs, dans l’objectif de pallier le manque de candidats au métier d’enseignant, dans les premier et second degrés.

Dès septembre 2019, des étudiants souhaitant devenir enseignant, inscrits en licence (L2), et ayant acquis 60 crédits ECTS, pourront être recrutés sous le statut d’assistant d’éducation (AED), par contrat de préprofessionnalisation.
Il s’agira d’un contrat de droit public, couvrant L2, L3 et M1, associant un cycle de formation pratique de 8 heures hebdomadaires dans une école ou un collège ou un lycée, pendant 39 semaines, et un cycle de formation universitaire. Ce contrat, un CDD, sera conclu pour une durée de trois ans, au sein du même établissement.
Les temps d’intervention dans les classes seront progressifs, avec une montée en charge des responsabilités sur les trois ans, pour atteindre la possibilité en 3ème année de remplacer des enseignants absents. L’AED étudiant bénéficiera d’un accompagnement continu dans l’établissement, sous forme d’un tutorat.
Enfin, les concours de recrutement externes et internes seront adaptés afin de reconnaître la spécificité du parcours de ces AED.

La rémunération sera progressive et reposera sur une augmentation de l’indice de rémunération. Passage de l’indice majoré 325 (860 euros bruts mensuels) en 1ère année à l’indice majoré 367 (1200 euros bruts mensuels) en 2ème et 3ème années. Cette rémunération sera cumulable avec une bourse d’études sur critères sociaux.
De même, le crédit d’heures annuel consacré à la formation universitaire, sans évolution du temps d’intervention en établissement sera augmenté : 597 heures en 1ère année, 808 heures en 2ème année et 827 heures en 3ème année.

Si le SNALC soutient l’idée d’améliorer l’attractivité du métier de professeur, il restera vigilant sur la mise en oeuvre de ces contrats de préprofessionnalisation pour les AED. En effet, il ne faudrait pas que ces AED, avec une rémunération modeste et une formation inachevée, soient affectés par les chefs d’établissement sur des suppléances, voire des BMP. Suite aux négociations avec les syndicats, dont le SNALC, leurs fonctions ont été clairement définies par le ministère. Elles devront être scrupuleusement respectées.
Pour le SNALC, ce dispositif doit donc représenter une réelle opportunité de devenir enseignant pour les AED qui le souhaitent et non un énième plan de gestion de la pénurie - humaine et financière - dans l’Éducation nationale.




contact : AED@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox