ACADÉMIES : FUSION ET CONFUSION

ACADÉMIES : FUSION ET CONFUSION

ACADÉMIES :


FUSION ET CONFUSION




Par Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC
Article publié dans la Quinzaine universitaire n°1426




Le SNALC a participé à un groupe de travail sur la réforme territoriale le 13 février dernier, suite aux annonces du ministre. On ne fusionne plus (sauf en Normandie), mais on avance quand même.



Il est probable que ce sont les élus locaux qui auront fait pencher la balance, notamment à Limoges : la fusion des académies, finalement, c’est non. Après avoir argumenté des mois durant sur le fait que c’était la seule solution viable, le ministère se rend soudain compte qu’on peut faire autre chose. Mais quoi ? Le SNALC vous indique le schéma prévisionnel qui lui a été présenté, et qui est éventuellement susceptible d’évoluer encore.

Le SNALC demeure très vigilant sur cette question du rapport hiérarchique, et sur le fait que chaque rectorat dispose de missions importantes. Les échanges vont reprendre dans chaque académie et région académique. Il ne faudrait pas par exemple que les promesses faites (le Professionnel géré à Limoges) disparaissent en cours de route.

Nous avons obtenu des garanties sur le maintien des périmètres des commissions paritaires, mais aussi des comités techniques académiques. Nous demandons un véritable protocole d’accompagnement des personnels administratifs, qui ne doivent pas se retrouver à choisir entre une mobilité fonctionnelle qui n’existerait que sur le papier et une mobilité géographique qui serait un choix « de force ».

Le cas de la Normandie — où le projet de fusion est maintenu — demeure très difficile, la situation actuelle étant délétère.

Le SNALC a officiellement demandé qu’en cas de fusion (ce que nous ne voulons pas), aucune suppression de poste n’ait lieu chez les administratifs





SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox