LYCÉE : DES AMENDEMENTS POUR UNE EPS AUTREMENT

LYCÉE : DES AMENDEMENTS POUR UNE EPS AUTREMENT

LYCÉE : DES AMENDEMENTS



POUR UNE EPS AUTREMENT



Par Sébastien VIEILLE, secrétaire national à la pédagogie et Laurent BONNIN,
secrétaire national à l’EPS
Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1424


Le SNALC a fait du changement de l’esprit de l’enseignement de l’EPS l’une de ses priorités. Le travail sur les programmes et les amendements proposés lors du Conseil Supérieur de l’Éducation des 18 et 19 décembre 2018 montrent l’esprit que le SNALC veut donner à cette discipline. Deux d’entre eux sont particulièrement significatifs


LE YOGA : UNE ACTIVITÉ SYMBOLIQUE

L e troisième amendement du SNALC fut directement adopté par l’administration. Il s’agissait de réintégrer le yoga dans le cinquième champ d’apprentissage (Réaliser et orienter son activité physique pour développer ses ressources et s’entretenir). Dans la première mouture des projets de programmes, cette activité était présente, mais avait disparu à la demande du SNEP. Pour le SNALC, il était inconcevable que le yoga ne figurât pas ici, aux côtés de la course en durée, la musculation et la natation de durée. En effet, il introduit une relation au corps qui s’écarte de la notion traditionnelle de performance. Il s’agit pour notre syndicat de tourner l’EPS vers le bien-être et vers des champs culturels plus ouverts et pas seulement compétitifs. De plus, contrairement aux trois autres activités présentes dans ce champ d’apprentissage, le yoga peut permettre aux filles de ne pas avoir à souffrir de la comparaison avec les garçons. Et cela, aussi, est un enjeu important pour l’avenir de la discipline.

LE CHOIX DE L’ÉLÈVE PLUTÔT QUE LES CONTRAINTES

Une autre dimension doit, pour le SNALC, être mieux prise en compte : celle du plaisir. Et c’est pour aller dans ce sens que nous proposâmes notre quatrième amendement. Il concernait l’organisation de l’EPS sur les trois années du lycée. Il s’agissait de passer de l’obligation pour l’élève de réaliser des activités des cinq champs d’apprentissage à la possibilité de choisir trois champs sur les cinq proposés. Cet amendement reçut le soutien de vingt-huit participants au CSE. Huit votèrent contre, douze s’abstinrent et trois usèrent de leur droit au refus de vote (une manière de montrer son opposition à la réforme du lycée qui n’est pas celle choisie par le SNALC). Donc, cet amendement reçut un vote favorable. Toutefois, malheureusement, vu le caractère consultatif du CSE, rien ne dit que l’administration le retiendra. Mais, cela serait fort dommage. En effet, dans la logique du continuum Bac- 3 / Bac+3, il serait opportun de laisser les élèves construire leur parcours plutôt que d’aller vers une polyvalence forcée. Par ailleurs, cela supposerait de créer des groupes de pratique plutôt que des groupes classes. Le SNALC est pour la prépondérance de la classe. Mais en EPS, permettre aux élèves de se regrouper par affinité pour une activité pourrait être porteur. Cela créerait une intéressante émulation en adéquation avec les objectifs du lycée. Enfin, cela offrirait à des activités souvent peu explorées une meilleure visibilité et aux élèves une pratique plus agréable de l’EPS. Pour l’exemple, cela permettrait à des élèves de choisir un parcours regroupant deux activités de la catégorie CA5 (step et yoga), deux activités de CA2 (danse et arts du cirque) et une activité de CA4 (badminton ou autre). Un tel parcours mêlerait confrontation, coopération, bien-être et dépassement sans avoir à passer par des sports très traditionnels. Ce mode de fonctionnement, rendu possible par la nouvelle définition des AFL – devenues curriculaires, de la seconde à la terminale – ne nécessite qu’une contrainte, déjà en place dans de nombreux établissement : la mise en barrettes des cours d’EPS. Mais, cette contrainte ne serait rien à côté des possibilités nouvelles qu’elle offrirait et du plaisir des élèves. Pour rappel, le SNALC considère que le plaisir est la condition essentielle à la poursuite des activités physiques au sortir de l’école obligatoire. C’est pourquoi nous continuerons les discussions, les négociations, voire les joutes avec le ministère de l’Éducation nationale, pour que cet amendement soit pris en compte et permette à cette discipline importante d’aller dans le bon sens.




SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox