ELECTIONS PRO 2018: CAPN des CPE

ELECTIONS PRO 2018: CAPN des CPE

ELECTIONS PROFESSIONNELLES 2018



CONSEILLERS PRINCIPAUX D'EDUCATION








Cher(e) collègue,

C’est le moment de vous parler franchement. Tous les 4 ans, vous êtes assailli(e) de messages des syndicats, notamment dans le cadre des élections professionnelles. Vous lisez de belles phrases, de nobles intentions. Ce « gavage » peut paraître écœurant pour nombre d’entre vous. Et tellement secondaire…

En effet, vous avez d’autres préoccupations, à juste titre d’ailleurs : la mise en place des réformes du collège et du lycée - que nous contestons vigoureusement- surcharge votre travail et pose nombre d’interrogations. Mais, au-delà de ça, ce qui compte, c’est votre quotidien, la façon dont vous vivez votre métier tous les jours.
Partant de là soyons réalistes plutôt qu’utopistes.

L'Institution vous demande toujours plus, vous met sous pression. L’École est devenue un bien de consommation. La reconnaissance de votre métier, qu'elle soit économique ou sociale, n'est devenue, au fil des années, qu'une chimère. Le PPCR, comme certains l’ont constaté amèrement, est une vaste fumisterie. Pourtant, des syndicats ont voté pour. Le SNALC non car il n’oublie pas que le pouvoir d’achat des CPE a baissé de 25% en 30 ans.
De plus, il y a une méconnaissance du travail de l'autre: les parents connaissent mal la réalité que nous vivons; et même au sein d'une équipe éducative, cette méconnaissance existe. L’équipe de direction et l’équipe enseignante comprennent-elles vraiment la réalité de votre travail ? Vos difficultés à gérer certains élèves et certains parents ?
Le CPE est devenu un couteau-suisse, considéré par l’institution comme un être « hybride » : on l’assimile à plusieurs catégories à la fois (enseignants, équipe de direction…). Est-ce normal par exemple que l’inspecteur de vie scolaire s’occupe à la fois des CPE et des professeurs documentalistes ? Est-ce normal que l’on confie au CPE des missions et des responsabilités qui ne sont pas de son ressort ? Où est la dignité du CPE ? Où est le respect de son travail ?

Le CPE a un statut unique en Europe : son travail, ses missions doivent être respectés par l’institution et l’ensemble de l’équipe éducative, dans l’intérêt de l’Ecole républicaine et surtout des élèves. Car « la santé » d’un établissement se perçoit très souvent par le prisme de la Vie scolaire. Le CPE n’est pas un enseignant, il n’a pas à être assimilé au corps professoral pas plus qu’à celui de l’équipe de direction ou autre. Le CPE doit exister en tant que CPE. Il ne doit pas avoir une place marginale mais centrale au sein de l’équipe éducative.
A ce stade de lecture, on pourrait très bien se dire « encore de belles paroles ». Qu’est-ce qui démarque ce message des autres que vous recevez ? Pourquoi nous faire confiance ?




Au SNALC, nous pensons que du concret et des actes valent mieux que de belles phrases. Aussi, nous ne nous contentons pas de dénoncer des conditions de travail difficiles: nous proposons des solutions, des outils avec par exemple la protection juridique pénale via notre partenaire GMF, notre dispositif de mobilité Mobi-SNALC ou encore notre mémorandum sur la souffrance des personnels. Nous incarnons et revendiquons un syndicalisme humaniste, de terrain. Nos actes reflètent ce que nous sommes, comme vous pouvez le lire ICI.
Dans le cadre des élections professionnelles, vous pourrez lire la profession de foi du SNALC concernant les CPE, et prendre connaissance de nos revendications.

Voici quelques points que nous exigeons de l’institution
- Le paiement des heures supplémentaires
- Le respect des 35 heures
- La rémunération de toutes les responsabilités
- L’augmentation de l’indemnité forfaitaire des CPE
- Un cadrage national avec un poste de CPE par tranche de 300 élèves.
- Un nombre d’assistants d’éducation cohérent avec la taille et le statut de chaque établissement.
- L’amélioration des conditions d’avancement (avec l’abrogation du dispositif PPCR) et de mutation.

Ce que nous souhaitons par-dessus-tout, c’est la dignité et la sérénité pour nos collègues. Cela doit se traduire par l’affirmation de l’identité du CPE, la valorisation économique et sociale de son métier, de son rôle, de ses missions

En nous accordant la confiance de votre vote, vous nous donnerez les moyens d’obtenir ce que nous réclamons pour vous

Faites confiance à un syndicat de métier
Faites confiance à un syndicat indépendant financièrement
Faites confiance à un syndicat indépendant de toute mouvance ou parti politique
Faites confiance à un syndicat qui prône des valeurs humanistes
Faites confiance à un syndicat qui OSE dire NON
Faites confiance à un syndicat qui propose des projets et des outils concrets
Faites confiance au SNALC




Restant à votre disposition,
Bien cordialement,
Maxime Reppert
Secrétaire national à la Vie scolaire – SNALC
Maxime.reppert@gmail.com



SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox