DEMANDEZ LE PROGRAMME !

DEMANDEZ LE PROGRAMME !

DEMANDEZ LE PROGRAMME !





Par Jean-Rémi GIRARD, vice-président du SNALC
Article publié dans la QUINZAINE UNIVERSITAIRE - #1416 - MAI 2018



Le SNALC a été reçu par la nouvelle présidente du Conseil Supérieur des Programmes, SOUÂD, AYADA, le 30 mars dernier. Un échange riche, qui pourrait être le point de départ de perspectives de travail (enfin) intéressantes avec le CSP.


Le CSP a un programme chargé. Il a en effet dû rendre une note d’analyse sur les programmes de lycée et les épreuves de baccalauréat à la mi-avril ; il doit proposer des aménagements dans plusieurs programmes de cycles (plutôt sur le collège, a priori) ; et bien entendu il doit s’atteler à l’écriture des futurs programmes du futur lycée. Le tout, on l’aura compris (le Ministère ayant adopté un rythme de travail loin d’être de tout repos), dans un calendrier très serré.

Le SNALC a toujours travaillé avec le plus grand sérieux la question des programmes scolaires. Ces derniers, en effet, constituent la principale limite à la liberté pédagogique garantie par la loi à chaque professeur : ils se doivent d’être riches, bien écrits, bien construits et scientifiquement exacts. Or, cela n’a pas toujours été le cas, et les derniers programmes de cycles 3 et 4 (notamment) ont bien montré toutes les dérives auxquelles pouvaient aboutir une instance mal pilotée.

La nouvelle pilote étant généralement reconnue d’une grande compétence dans son domaine (la philosophie), nous espérons donc pouvoir entreprendre un dialogue efficace sur la question des programmes scolaires. Pour ce faire, nous avons déjà transmis au nouveau CSP les résultats de notre enquête de 2017 sur les programmes de lycée de mathématiques, physique-chimie, et SVT, ainsi que ceux de nos tous récents questionnaires dans les autres disciplines générales (ainsi qu’en sciences de l’ingénieur). J’en profite pour vous remercier de votre participation à ces enquêtes : il est important pour le SNALC d’être en dialogue direct avec ses adhérents, et de remonter au Ministère vos positions réelles. La qualité de la politique éducative menée ne s’évalue pas dans les bureaux de la rue de Grenelle, mais bien davantage dans le quotidien de nos classes. Nous vous ferons d’ailleurs un compte rendu des résultats de nos enquêtes s u r l e s p rogrammes dans le prochain numéro de la Quinzaine universitaire.

L’audience a été l’occasion de débattre sans tabous de l’ensemble des questions posées par la réforme du lycée en matière de programmes scolaires. Que faire avec les spécialités multidisciplinaires en matière de programmes, d’organisation horaire et d’épreuves ? Comment organiser les différents programmes de mathématiques ? Comment, une fois les programmes écrits, faire en sorte que la formation continue suive et garantisse un cadre national à leur application ?

Le SNALC continuera donc d’apporter son expertise au CSP. Une expertise fondée sur vos retours. Nous porterons également notre exigence de programmes disciplinaires et annuels. Nous ne pouvons tolérer que se reproduise le bazar causé, par exemple, par l’enseignement de sciences et technologie en classe de sixième. Nous soutiendrons bien entendu toute initiative de l’Institution visant à améliorer la qualité de l’enseignement, comme c’est le cas des notes de service (récemment parues) sur la lecture, la grammaire et le vocabulaire, le calcul et la résolution de problèmes. Nous espérons que ces dernières donneront lieu à une amélioration notable de la formation continue, notamment en primaire.



SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox