MOUVEMENT INTER ACADÉMIQUE 2018 : BILAN

MOUVEMENT INTER ACADÉMIQUE 2018 : BILAN

MOUVEMENT INTER ACADÉMIQUE 2018 : BILAN





Par Frédéric SEITZ, secrétaire national à la gestion des personnels
et Toufic KAYAL, commissaire paritaire national
Article publié dans la QUINZAINE UNIVERSITAIRE - #1415 - AVRIL 2018



Le mouvement 2018 a subi l’impact de la faible attractivité du métier de professeur. Cette dernière entraîne chez beaucoup d’étudiants une désaffection pour l’enseignement. Tous les postes aux concours ne sont pas alors complètement pourvus, ce qui diminue le nombre de stagiaires et réduit d’autant les capacités du mouvement inter académique. Pour attirer dans l’enseignement de bons étudiants et en nombre suffisant, le SNALC réclame pour le métier de professeur une véritable revalorisation sur le plan matériel, et qu’il lui soit redonné un sens conforme à sa vocation première : la transmission des connaissances.



Le SNALC rappelle son refus du mouvement sous sa forme actuelle qui impose l’entrée en aveugle dans une académie.

Le SNALC réclame un véritable mouvement national offrant la possibilité de formuler des voeux précis sur des postes. Cela accroîtra les possibilités de mutation et par conséquent la fluidité du mouvement.

Le SNALC demande à la DGRH de faire preuve de bienveillance à l’égard des cas très graves et douloureux qui lui sont signalés.

Le SNALC dénonce le fait que les vice-rectorats de Mayotte et de Guyane continuent de s’opposer au détachement des agents qui sont mutés sur ces académies. La DGRH doit jouer pleinement son rôle d’arbitrage et d’instance régulatrice en ne les suivant pas systématiquement. Pour ce qui est du mouvement CPGE, le SNALC regrette que les arrêtés d’affectation ne puissent préciser les niveaux d’enseignement attribués par l’Inspection générale. Nous invitons les collègues en difficulté avec leur chef d’établissement pour l’attribution de leurs classes à saisir la DGRH.

Le SNALC se félicite que le mouvement spécifique binational bénéficie cette année, comme l’an dernier, d’un champ de recrutement élargi à la totalité du cadre national. Le SNALC espérait qu’avec le changement, la DGRH romprait, enfin, avec la pratique néfaste dénoncée tous les ans et qui consiste à informer les candidats avant la tenue des CAPN et des FPMN de ce qui n’est qu’un projet d’affectation.

Rappelons que les rectorats y ont renoncé depuis plusieurs années.

En effet, beaucoup de collègues qui ont reçu un SMS d’information de la DGRH cherchent néanmoins une confirmation (ou des éclaircissements) en appelant les services administratifs ou les syndicats, ce qui perturbe autant les uns que les autres en cette période chargée par la préparation de ce mouvement.

Le SNALC demande que la DGRH revienne l’an prochain à une pratique plus saine et qu’il n’y ait plus d’information anticipée des candidats sur des bases non définitives voire erronées. Concernant la prise en compte du handicap et du CIMM dans la mobilité des agents, le SNALC a constaté de fortes variations entre les rectorats.

Vu l’importance de ces bonifications et leur impact sur le mouvement, le SNALC demande la création, dans le prochain mouvement, d’un groupe de travail national afin d’abolir les injustices que nous avons pu constater entre les académies. Le SNALC revendique pour les agrégés demandant un lycée à l’intra une priorisation légale, afin que leur statut soit respecté, conformément à la circulaire ministérielle sur le mouvement. Actuellement, celle-ci est appliquée avec plus ou moins de conviction par tel ou tel recteur.

Enfin, le SNALC dénonce cette année encore le plafonnement du voeu préférentiel à 100 points. Les candidats célibataires sans enfant n’ont que cette possibilité pour espérer un jour entrer dans l’académie qu’ils convoitent. Le plafonnement à 100 points ne peut que remplir de désespoir ces collègues. C’est pourquoi le SNALC demande que que cette bonification soit à nouveau déplafonnée et revalorisée.




CI-DESSOUS CONSULTEZ LES BARÈMES DU DERNIER ENTRANT
PAR DISCIPLINE ET PAR ACADÉMIE

Les barres INTER 2018




contact : gesper@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox