LE PPCR, OU LE JEU DU QUI PERD GAGNE

LE PPCR, OU LE JEU DU QUI PERD GAGNE

LE PPCR, OU LE JEU DU QUI PERD GAGNE


Les professeurs de chaire supérieure ont eu la bonne surprise de voir l’indice de leur échelon augmenter de quelques points au 1er janvier. Mais chacun sait que l’État est passé maître dans l’art de reprendre d’une main ce qu’il donne de l’autre. Et en l’occurrence, il s’y prend ici de plusieurs manières dont voici la liste exhaustive (du moins, nous l’espérons).

En premier lieu, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un transfert primes-points : en d’autres termes, dans le même temps où le traitement principal augmente, les primes peuvent diminuer dans la même proportion. Certes, cela conduit à une augmentation immédiate des heures supplémentaires et plus ou moins lointaine de la pension de retraite, mais ce n’est pas l’augmentation nette que certains ont pu évoquer.

Ensuite, ce transfert s’accompagne de la fin de l’avancement au choix qui donnait de temps en temps un coup d’accélérateur à la carrière : la voici, dans le pire des cas, rallongée de quatre ans, le seul avantage de la nouvelle version étant le raccourcissement d’un an et demi du cinquième échelon à l’ancienneté ; mais celui-ci reste un an et demi plus long que pour les Agrégés hors classe.

Enfin, si le point d’indice a augmenté de 0,5% au 1er février dernier, la retenue pour pension civile augmente de 0,27% et la CSG de 1,7% au 1er janvier ; et les professeurs n’ont pas de cotisations salariales dont la baisse compenserait cette dernière hausse qui va de toute façon absorber et au-delà tout le gain que les professeurs auraient pu espérer, y compris lors de leur admission à la retraite.

Le seul salut pour espérer une véritable augmentation restait donc jusqu’à ce jour l’accès à la classe exceptionnelle via le corps des Agrégés : mais est-ce vraiment une augmentation ? Le tableau qui suit vous apportera, du strict point de vue financier, la réponse à la question suivante : faut-il ou non revenir dans le corps des Agrégés pour accéder à la classe exceptionnelle ? La question ne se posera sans doute qu’une fois, pour l’accès avec effet au 1er septembre 2017, mais il importe que les Collègues concernés soient informés des conséquences financières de leur choix.

Par la suite, si un échelon spécial avec accès à l’échelle-lettre B est créé pour le corps des professeurs de chaire supérieure, les Collègues passés à la classe exceptionnelle des Agrégés ne pourraient revenir dans leur corps antérieur : de ce fait, nous recommandons ce passage uniquement aux professeurs de chaire supérieure assez proches de la retraite pour que la perte résultant du taux inférieur des heures supplémentaires et des heures d’interrogation reste limitée.


Anne-Marie BÉNINGER,
Commissaire paritaire nationale chaire supérieure
prepa@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox