LYCÉE GÉNÉRAL ET TECHNOLOGIQUE : LE PROJET DU SNALC

LYCÉE GÉNÉRAL ET TECHNOLOGIQUE : LE PROJET DU SNALC

LYCÉE GÉNÉRAL ET TECHNOLOGIQUE :

LE PROJET DU SNALC


Par Jean-Rémi GIRARD, vice-président du SNALC
Article publié dans la QUINZAINE UNIVERSITAIRE - #1411 - DÉCEMBRE 2017



Depuis 2014, le SNALC porte le projet d’un Lycée de tous les savoirs (disponible sur notre site, rubrique Publications), qui explique clairement ce que nous demandons pour les trois voies du lycée. Une clarté que l’on retrouve peu chez nos concurrents…



POUR UN LYCÉE GÉNÉRAL FONDÉ SUR NOS DISCIPLINES

DES CONSTATS
- L’AP a été pris sur les horaires disciplinaires, et n’est que très rarement personnalisé.
- Les enseignements d’exploration sont pris à la légère par les élèves, et ne peuvent servir de point d’appui pour la suite.
- L’enveloppe d’autonomie augmente les tensions entre collègues et entre disciplines.
- La série S est devenue la vraie série générale, et la série L est toujours en crise.
- Les élèves ont besoin d’une remise à niveau à l’entrée dans le supérieur, car le lycée ne les spécialise pas suffisamment (exemple des disciplines scientifiques).

DES PRINCIPES
- Spécialisation dès la classe de seconde, aujourd’hui invivable.
- Réaffirmation de l’importance des disciplines face à la multiplication d’horaires aux contenus mal définis.
- Cadre national plus précis dans l’utilisation des moyens horaires.
- Plus grande variété de parcours correspondant aux attentes du supérieur.
- Mettre devant les professeurs des élèves motivés par leur discipline, et pendant plus longtemps.

UN FONCTIONNEMENT
Notre lycée général fonctionne sur un système en trois blocs : tronc commun (langues vivantes, EPS, histoire-géographie), options et système de 2 majeures et 2 mineures (1) choisies par l’élève avec l’aval du conseil de classe de troisième. L’élève peut ainsi se spécialiser plus tôt, obtenant un meilleur niveau pour ses poursuites d’études.
Notre lycée ne lèse aucune discipline (2), au contraire. Son fonctionnement est cadré, permettant des parcours plus diversifiés sans être irréalistes. Il réaffecte de nombreuses heures aujourd’hui mal utilisées au bénéfice de vos disciplines, et vous offre de bien meilleures conditions d’enseignement.
Le SNALC ne demande pas la mise à mort des séries, mais un choix plus important que la tripartition actuelle. On ne peut pas en même temps dire que le système ne fonctionne pas et demander qu’on ne change rien, comme le font certains.

(1) « Mineure » n’est pas un terme péjoratif. Cela ne signifie pas que votre discipline n’est pas importante. Elle peut d’ailleurs être choisie en « mineure » par certains élèves, et en « majeure » par d’autres. Le Français en 2nde/1ère et la Philosophie en Tale sont obligatoires.
(2) Un livret présentant notre projet de lycée général discipline par discipline sera distribué en établissement et disponible sur notre site dès le retour des vacances de Noël pour le prouver.




POUR UNE VOIE TECHNOLOGIQUE CLAIREMENT IDENTIFIÉE


Après les multiples bouleversements subis par la voie technologique, il n’est pas question d’accepter une nouvelle révolution qui remette en cause les contenus des enseignements des professeurs, particulièrement ceux du domaine industriel qui ont été contraints il y a peu de changer carrément de métier.

Notre projet, comme celui pour le lycée général, fonctionne avec un système de majeures et de mineures, mais conserve et renforce les différentes séries de la voie technologique actuelle. La classe de seconde GT, davantage spécialisée, permet une meilleure préparation des élèves à l'entrée en première. De plus, la voie technologique propose des options originales et réservées par le passé à la voie générale. Avec le projet du SNALC, les élèves peuvent opter pour une formation industrielle assortie d’une option arts, langue étrangère ou mercatique, par exemple.

La récente consultation sur l’accès à l’enseignement a prouvé la nécessité d’une véritable préparation aux études supérieures, qu’il s’agisse de classes préparatoires aux grandes écoles, de sections de techniciens supérieurs ou de l’université. Il est à ce titre impératif que les épreuves du baccalauréat constituent des évaluations équitables et anonymes. Le SNALC rejette toute forme d’évaluation locale en cours d’année et modifiable à l’envi par les chefs d’établissement ou les corps d’inspection pour atteindre le taux de réussite visé. Nous considérons que les disciplines déterminantes pour la poursuite d’études choisie par le candidat doivent faire l’objet d’une évaluation ponctuelle finale prise en compte dans le processus d’admission dans le supérieur, quitte à ce que ces épreuves fassent l’objet d’une légère anticipation dans le calendrier d’examen.

Bref, le SNALC redonne du sens au métier de professeur, y compris dans la voie technologique.





Cliquez sur l'image pour télécharger le livre :
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox