Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?

Publié le 25-01-2014

Dernière modification le 22-10-2016

QUI SOMMES-NOUS ?










----------------------------Les idées du SNALC-FGAF----------------------------


Depuis sa création, le SNALC-FGAF est attaché à un enseignement public de qualité, fondé sur la transmission des connaissances, dans le respect des disciplines, avec des programmes et des horaires nationaux, des examens anonymes afin de donner aux jeunes générations une meilleure compréhension du monde et par là même, une plus grande maîtrise de leur avenir. Pour le SNALC, les méthodes ne peuvent se substituer aux contenus.

Le SNALC-FGAF revendique fermement la laïcité de l'Ecole, la neutralité politique, l’indépendance à l'égard de tous les pouvoirs afin que les enfants puissent développer un esprit critique et une réflexion personnelle. Il fait de cette même indépendance l’objet de l’article premier de ses statuts : « Le SNALC est indépendant et libre de toute attache à une organisation politique, confessionnelle ou idéologique. »

Le SNALC-FGAF souhaite réhabiliter les notions d'effort et de mérite sans lesquelles aucune promotion sociale n'est possible.

Il est favorable à la création de parcours scolaires diversifiés à la mesure de la variété des goûts, des projets et des aptitudes des élèves. Militant pour la suppression du collège unique, ne pouvant se résoudre à ce que l’Ecole publique devienne une école des pauvres voués à la sous-qualification et au chômage de masse, il a proposé dès le mois de juillet 2013 son projet de Collège modulaire, recueil de solutions concrètes et réalistes pour permettre à tous les collégiens de réussir à leur propre rythme, sans stigmatisation, sans redoublement, sans moyens supplémentaires (Cf. Quinzaine Universitaire n°1360). A la suite de cette réalisation, il a publié en septembre 2014 son grand projet pour la refondation des lycées : le Lycée de tous les savoirs. Ces deux projets seront repris, en octobre 2016, dans un ouvrage qui présente le projet éducatif des syndicats de la CSEN, ouvrage traitant de l’ensemble du système scolaire, de la maternelle au supérieur : Permettre à tous de réussir.

Le SNALC-FGAF a toujours défendu la liberté pédagogique, la revalorisation du métier d'enseignant, le respect des biens et des personnes dans tous les établissements scolaires.


----------------------------La représentativité du SNALC----------------------------


Aux élections d'octobre 2011, à l'issue d'un scrutin électronique marqué par une forte abstention et de nombreux dysfonctionnements qui ont donné lieu à des recours devant le Conseil d’État, à 1600 voix près, il n’obtient pas de siège au Comité technique ministériel. Le SNALC conserve cependant un siège au CSE. À ce titre il prend notamment une part active à la concertation sur la Refondation de l'Ecole de la République lancée en Sorbonne le 5 juillet 2012 par le ministre Vincent Peillon.

Pour ce qui concerne la carrière des personnels, le SNALC-FGAF poursuit fortement sa progression dans les commissions paritaires académiques (plus de 310 élus) parmi les agrégés, les certifiés, les professeurs d'EPS, les professeurs de lycée professionnel (PLP) ainsi que les professeurs d’enseignement général de collège (PEGC), démontrant ainsi son efficacité et son expérience dans la défense des intérêts des personnels qu’il représente.

Le SNALC-FGAF conforte ainsi sa place de deuxième syndicat le plus représenté chez les professeurs du second degré. Il devance les autres organisations : SE-UNSA, SGEN-CFDT, FO, Sud, CGT… qui, pour certaines, ne peuvent prétendre siéger dans toutes les catégories.

Les élections de décembre 2014 constituent pour le SNALC un succès puisque la liste qu'il présente au CTM de l'Education nationale avec le SNE recueille 21152 voix (5,5%), ce qui lui permet d'intégrer cette instance de 15 membres. Il gagne également un second siège à la CAPN des professeurs de chaires supérieure qui en compte 4 où il siège ainsi à égalité avec le SNES. Il conserve également ses deux élus à la CAPN des professeurs agrégés (où il est deuxième derrière le SNES avec 4833 voix) et à celle des professeurs certifiés (troisième avec 9944 voix). Il se renforce par ailleurs dans toutes les académies en augmentant son nombre d'élus chez les agrégés comme chez les certifiés et en faisant son entrée dans 6 CTA. Ainsi avec 16 élus nationaux et 322 élus académiques, il confirme son rang de second syndicat des collèges et lycées derrière le SNES mais loin devant ses autres concurrents (FO, UNSA, SGEN, CGT, SUD) moins bien implantés que lui chez les professeurs.






VERSION IMPRIMABLE
ou consultez la page ELECTIONS




----------------------------Bref historique du SNALC-FGAF----------------------------


Fondé en 1905, le SNALC est le plus ancien syndicat du second degré. Sa dénomination actuelle de Syndicat National des Lycées et Collèges date de 1937, lorsque la majorité de ses adhérents, consultés par référendum, refuse de suivre une partie de ses dirigeants qui vont rejoindre la CGT en créant ce qui deviendra beaucoup plus tard le SNES.

Pendant la guerre, les syndicats sont interdits de fait, ce qui n'empêche nullement certains des adhérents du SNALC de s'illustrer dans la Résistance.

Le SNALC, maintenu indépendant, retrouve progressivement son audience. Sa représentativité est concrétisée par ses résultats aux élections professionnelles.

En 1982, des manœuvres, téléguidées par divers partis politiques, essaient de I ‘entraîner vers FO: seuls quelques militants nationaux suivront ; une fois encore les adhérents ont voulu que le SNALC reste seul maître de son avenir.

En 1984, le SNALC est à l'origine de la création de la CSEN (Confédération Syndicale de l'Education Nationale) qui réunit des syndicats concernant tous les personnels de l'Education Nationale (1er degré, 2nd degré, Supérieur, Administration).

En 2007, la CSEN, dont le SNALC, décide de s’affilier à la Fédération Générale Autonome des Fonctionnaires (FGAF) fondée en 1949, qui regroupe aujourd’hui 18 organisations syndicales des trois fonctions publiques attachées à la fois à leur indépendance vis-à-vis des partis politiques et à leur autonomie de fonctionnement.

En janvier 2010, une nouvelle tentative de FO pour s’emparer du SNALC avec la complicité de son Président national Bernard Kuntz échoue. François Portzer, qui s’y était opposé, est élu Président national du SNALC. Réélu à ce poste en avril 2011, il est également Secrétaire général de la FGAF depuis octobre 2008.

Ainsi, après plus d’un siècle d’indépendance syndicale, le SNALC-FGAF continue d’être le seul véritable défenseur d’une Ecole républicaine qui doit permettre à tous de connaître la promotion sociale qu’il mérite !




----------------------------Visitez nos sites internet----------------------------




Fédération Générale Autonome des Fonctionnaires(FGAF) :
www.fgaf.fr

Regroupant des fonctionnaires des trois Fonctions publiques, la FGAF a ancré son engagement syndical dans la voie de l’indépendance réelle du syndicalisme face à tous les pouvoirs, car cette indépendance constitue pour elle une valeur majeure et incontournable de l'action syndicale : elle est la garantie d’être toujours en capacité de critiquer, de proposer, de négocier, de contractualiser ou d’agir.





Confédération Syndicale de l'Education Nationale (CSEN) :
www.csen.fr

La Confédération Syndicale de l’Education Nationale a été créée le 5 janvier 1984, par cinq organisations souhaitant se regrouper afin d’être mieux entendues par les ministères de tutelle dans leur désir de maintenir et développer la qualité de l’enseignement en France.La CSEN a pour objet de défendre et de promouvoir le service public d’enseignement et de la recherche, de défendre par tout moyen de droit les syndicats et les syndiqués qui la composent, d’exposer et de faire aboutir leurs revendications professionnelles, en particulier salariales et catégorielles, d’assurer la représentation des divers syndicats qui la composent auprès des ministères concernés et de leurs représentants. La CSEN s’interdit toute délibération, prise de position ou action, d’ordre politique ou confessionnel.


Confédération Européenne des Syndicats Indépendants (CESI) :
www.cesi.org

The European Confederation of Independent Trade Unions (CESI – Confédération européenne des syndicats indépendants)is a European umbrella organisation, with members from EU - member states and associated countries.
CESI is not attached to any political party and defends trade union pluralism on a European level.
Through its member organisations, CESI represents several million employees.
CESI champions better living and working conditions, as well as the progress of Europe’s social dimension.




Syndicat National des Ecoles (SNE) :
www.sne-csen.net

Un syndicat résolument attaché à son indépendance pour mieux défendre les personnels de l'Education Nationale du 1er degré ainsi que leurs statuts. Le S.N.E. est fondé sur le principe de l'indépendance absolue à l'égard des formations politiques, des confessions religieuses, des sectes philosophiques. Le S.N.E. se veut un partenaire social exigeant mais loyal, ni complaisant, ni opposant systématique à l'égard des gouvernements quels qu'ils soient.
Les adhérents du S.N.E., ses militants et ses responsables sont unis par la volonté de promouvoir UNE AUTRE FORME DE SYNDICALISME qui s'occupe de l'école, de ceux qui y travaillent (enfants et enseignants), et uniquement de cela. Le S.N.E. s'interdit de s'immiscer dans les questions spécifiquement du ressort des partis politiques.
Sa mission : défendre les intérêts moraux et matériels des personnels, au titre individuel comme au titre collectif, devant l'opinion, les responsables hiérarchiques et les pouvoirs publics.




Syndicat des Préparateurs de Laboratoire de l’Education Nationale,
de l'enseignement Supérieur et de la recherche
www.splen-sup.net

Le SPLEN a été créé en 1973. Il a dû s’adapter au bouleversement subi suite à l’intégration des personnels de laboratoire des EPLE dans la filière ITRF au 1 septembre 2011. Avec plus de 32000 ITRF les 6000 personnels de laboratoire intégrés bien malgré eux sont noyés dans cette masse qu’ils ne connaissent pas et appréhendent à juste titre.
Notre combat c’est l’évolution par le haut de nos carrières, la revalorisation des grilles indiciaires, l’augmentation des primes, plus de promotions pour les ATRF, les TRF les ASI et les ingénieurs (Liste d’aptitude, tableau d’avancement), un suivi sérieux de notre santé, des formations nombreuses et adaptées, l’arrêt des suppressions de postes et pourvoir au remplacement des départs en retraite… Vos préoccupations sont les mêmes que les nôtres.