Semaine de 4 jours : agissez maintenant.

Semaine de 4 jours : agissez maintenant.

Publié le 07-10-2017

Dernière modification le 11-02-2018

Semaine de 4 jours : agissez maintenant.


En 2010, le SNALC a refusé de signer « l’appel de BOBIGNY » contre la semaine de 4 jours, contrairement à la majorité des syndicats (voir ici les signataires page 36 et 37). Il est depuis le début résolument opposé à la semaine de 4,5 jours et il n’a jamais renoncé.

En 2017, Le SNALC, fort des milliers de signataires de sa pétition pour le retour aux 4 jours, a été entendu par le gouvernement, nous ne pouvons que nous en féliciter.

Beaucoup de professeurs continuent malgré tout encore à travailler au rythme incongru d’une semaine épuisante pour eux-mêmes et pour les élèves. Devant la pression de certaines municipalités ou de certains IEN, le combat n’est pas terminé. Le SNALC continuera donc pour ces collègues, à défendre la semaine de 4 jours.

Trois ans après la mise en place de la réforme des rythmes, 78% des communes en intercommunalité et 70% des communes évoquaient déjà des difficultés financières malgré l’aide allouée (enquête de l’AMF).
Aujourd’hui, une bonne partie de ces municipalités fait machine arrière.
En effet, sans compter la disparition des contrats aidés, le fonds d’aide qui leur était alloué jusqu’alors et indispensable à la mise en application de la réforme est censé disparaître en 2019. Il est fort donc probable que bon nombre d’écoles rebasculeront sur la semaine de quatre jours dès l’année prochaine.

Pour autant, rien n’est encore fait, c’est donc maintenant que cela se joue. Il convient pour les équipes qui souhaitent en finir dès la rentrée de septembre 2018 avec ce rythme fatigant pour tous, de mettre à l’ordre du jour du premier conseil d’école, le vote du retour à la semaine des 4 jours.
Il est important d’acter sans plus attendre ce retour aux 4 jours avant que les budgets des communes ne soient votés. Le second conseil d’école pourrait arriver trop tard pour faire changer les choses.

Rappels :

- Les voix délibératives lors des conseils d’école
Elle se répartissent comme suit : le directeur, les maîtres de l’école et les maîtres remplaçants exerçant dans l’école au moment des réunions du conseil, un des maîtres RASED, deux élus, les représentants des parents d’élèves en nombre égal à celui des classes de l’école, le délégué départemental de l’éducation nationale (DDEN).
Vous avez le droit en tant que directeur de convoquer un conseil d’école, il en est de même pour le maire. De la même manière, si plus de la moitié de ses membres titulaires le demandent, un conseil d’école dit extraordinaire peut être convoqué.
- La neutralité des enseignants
Un enseignant se doit de modérer ses propos et respecter la neutralité vis-à-vis des décisions politiques. Il n’en est pas de même pour les parents d’élèves qui sont en droit de s’exprimer librement sur un sujet concernant l’école et le maire ne peut s’y opposer.

En cas de problème, contacter le SNALC à premierdegre@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Tél. : 01 47 70 00 55 - Fax : 01 42 46 26 60
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox