Lettre de rentrée 2017

Lettre de rentrée 2017

Lettre de rentrée

Cette nouvelle année 2017-2018 boucle un mandat des plus destructeurs : la réforme des rythmes scolaires, qui a épuisé un grand nombre d’enfants et a démontré une profonde inégalité territoriale entre municipalités, et la réforme du collège aussi incompréhensible que profondément inégalitaire. Même si les établissements sous-contrat ont su, pour la majorité et à raison, s’éviter les désastres de cette semaine à cinq jours à l’école, ils furent néanmoins concernés par la destruction des dispositifs qui fonctionnaient pourtant pour nos élèves : les classes européennes, les classes bilangues et bien évidemment, les langues anciennes ! La réforme – ou difforme – du collège a introduit les fameux, ou « fumeux » EPI (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires) avec un cadre particulièrement rigoureux qui fut imposé aux collègues, les dépouillant de leur liberté pédagogique au service d’une idéologie égalitariste biaisée.

Au SNALC, nous avons la profonde conviction qu’un enseignant (n’ayons pas peur de le dire : catégorie A et désormais recruté à BAC + 5) n’a pas besoin qu’on lui dicte sa manière d’enseigner. Nous n’avons pas besoin d’un carcan pour travailler ensemble, pour travailler en
« interdisciplinarité ». De plus, nous ne voulons pas d’un saupoudrage d’Accompagnements Personnalisés en classe entière qui est de la poudre aux yeux, un mensonge criminel.

Non : nous avons besoin de moyens pour faire notre métier et répondre aux besoins de tous les élèves.

Vous l’aurez compris, à la différence des syndicats majoritaires de l’enseignement catholique qui l’ont ardemment soutenue, le SNALC s’est battu depuis le premier jour contre la réforme du collège et celle des rythmes scolaires qui ne rendent service ni aux élèves, ni aux
équipes éducatives.
N’ayons pas peur de le rappeler, le SNALC est le seul syndicat à avoir soutenu en CSE (Conseil Supérieur de l’Education, juin 2017) l’assouplissement de la réforme du collège (cf. notre article https://www.snalc.fr/national/article/3103/). Une réforme est nécessaire mais elle ne doit pas se faire sans réelle volonté du ministère et sans consultation de ses personnels : ce sont les
enseignants qui porteront la réforme de demain.

Cette nouvelle année scolaire est marquée par le changement : l’arrivé de notre nouveau ministre, M. Blanquer, a été suivie de minces améliorations qui furent soutenues par notre syndicat puisque les textes proposés constituent des améliorations de celui existant, permettant ainsi de gommer peu à peu les dégâts faits à l’institution ces dernières années. Le retour à la semaine de quatre jours pour les mairies qui le désirent, l’allégement des EPI, le retour des langues anciennes, la réaffirmation de la méthode syllabique (apprentissage de la lecture) sont le signe d’une nouvelle ère et, espérons-le, les premières étapes d’un nivellement par le haut pour le bien de nos élèves.

Nous espérons qu’une nouvelle personne à la rue de Grenelle permettra de renouer le dialogue social méprisé pendant tant de mois.

Dans tous les cas, le SNALC restera à vos côtés, continuera de défendre vos conditions de travail et se battra pour un enseignement national de qualité.

Bonne année 2017-2018 à tous !

AYNE Loïc
Responsable National de l’Enseignement Privé
prive@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox