HORS CLASSE AGRÉGÉS 2017

HORS CLASSE AGRÉGÉS 2017

HORS CLASSE DES AGRÉGÉS 2017


CAPN des 27, 28 et 29 juin 2017




La CAPN de promotion à la hors-classe des agrégés s’est tenue au Ministère, à Paris, les 27, 28 et 29 juin. Elle s’est déroulée dans un contexte particulier. D’abord la nomination d’un nouveau ministre de l’éducation nationale qui vient de montrer un esprit d’ouverture en revenant sur des points particulièrement controversés de la réforme des collèges (EPI, classes bilangues, classes de latin/culture antique). De plus, c’est l’ultime fois que s’applique, sous son dernier avatar, la note de service pour la hors classe. Elle sera entièrement réécrite en raison de la mise en application du PPCR pour les promotions à compter du 1er septembre 2017. De meilleures perspectives de carrière s’ouvriront-elles pour autant aux agrégés, en particulier du fait de la création de la classe exceptionnelle ? Les agrégés attendent des signes autrement plus forts d’un ministre de l’éducation qui n’a pas eu peur de défendre dans la presse la sélection et l’excellence.



6313 dossiers au total étaient remontés des rectorats à la DGRH pour 2226 promotions.

L’enseignement secondaire a bénéficié de 1915 promotions, le supérieur de 286 et la 29ème base de 25.
Parmi les promus, 1858 professeurs avaient un avis EXCeptionnel, 309 un avis REMarquable, 59 un avis Très HOnorable.

432 agrégés promus étaient au 10ème échelon, 1794 au 11ème.

398 agrégés promus avaient les bonifications liées à l’exercice en zone difficile.

Cette CAPN s’est tenue dans des circonstances particulières.

Tout d’abord, l’entrée en fonction d’un nouveau ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Le SNALC a rencontré chez ce dernier un esprit de dialogue, différent de la forme de manichéisme qui poussait Najat Vallaud-Belkacem à n’apprécier que les professeurs et les syndicats qui soutenaient sa réforme du collège (et de l’orthographe) et à vouer aux gémonies ceux qui ne partageaient pas ses idées.

Le SNALC rappelle qu’il se situe, depuis sa création, dans le camp du progrès et des lumières en tant que force de proposition et défenseur de l’excellence. Apolitique et constructif, il a donc accueilli positivement les propositions du ministre visant à assouplir la réforme du collège. Elles vont en effet dans le sens d’une amélioration des conditions de travail des professeurs, dès la rentrée 2017, et contribuent à dispenser un enseignement de qualité.

C’est pourquoi le SNALC a voté au CSE du 8 juin 2017 l’allègement de la réglementation des EPI. Le SNALC a également voté pour la possibilité de créer ou d’amplifier les classes bilangues et européennes, de mettre en place des horaires plus convenables en langues anciennes.
Nous invitons par conséquent les collègues à se saisir de cette nouvelle donne. Une fiche d’information est disponible dans ce but sur le site du SNALC

Cette année comme les années précédentes, le Ministère s’est obstiné à appliquer aux agrégés des critères de sélection que ces derniers jugent inacceptables:
• La non prise en compte dans le barème du concours de l’agrégation et des diplômes du supérieur, l’Administration s’étant fondée sur les conclusions du Conseil d’Etat, suite à une saisine maladroite. Pourtant beaucoup d’agrégés promouvables à la hors-classe nous écrivent pour nous rappeler leur parcours universitaire d’excellence.
• Une bonification supplémentaire de 40 et de 50 points conditionnée par le passage au choix ou au grand choix respectivement aux 10èmes et 11èmes échelon.
• La valorisation d’activités sous des formes diverses, au détriment de ce qui est l’essence de notre profession : l’acte d’enseigner et la transmission des connaissances.
• Un barème valorisant plus l’ancienneté que la valeur professionnelle. En effet, les points de carrière (en fait d’ancienneté) atteignent le maximum de 155 points, les points de parcours professionnel, 115 points. Pour le SNALC, il faut concilier avancement dans la carrière et mérite; ce que le déséquilibre du barème actuel ne permet pas.

Le protocole P.P.C.R. qui entre en application à compter du 1er septembre 2017, pose certes comme principe que tout fonctionnaire, dans toutes les catégories, doit pouvoir dérouler une carrière complète sur au moins deux grades. Belle promesse! Dans la réalité, les choses ne seront ni aussi simples ni aussi faciles que tente de le faire croire ce coup de pub du Ministère. L’action et l’intervention des commissaires paritaires nationaux resteront nécessaires.

Selon le PPCR, les agrégés seront promouvables à la hors-classe au bout de 2 années passées au 9èmeéchelon. Les critères seront la qualité professionnelle, évaluée d’après le résultat du rendez-vous de carrière du 9ème échelon et l’ancienneté de carrière (nombre d’années de présence dans la plage d’appel statutaire à la hors classe, c’est-à-dire à partir de deux ans dans le 9ème échelon). Les prochaines réunions de concertation nous apprendront d’ailleurs le poids de l’une et de l’autre dans le barème utilisé.

Quant à la classe exceptionnelle créée aussi à compter du 1er septembre 2017, et censée apporter un débouché de carrière aux agrégés parvenus au dernier échelon de la hors classe, le SNALC dénonce ses conditions d’accès qui reposent sur des bases réduites et mal réparties, 80% des possibilités étant réservées à des personnels exerçant /ayant exercé pendant 8 ans au cours de leur carrière des missions ou des responsabilités particulières (éducation prioritaire, classes préparatoires et PRAG, Directeurs Délégués aux Formations Professionnelles et Technologiques,-ex chefs de travaux-, et formateurs académiques).

C’est pourquoi le SNALC réclame pour les agrégés une perspective de carrière à la hauteur de leur qualification. C’est une des raisons pour lesquelles il a voté contre le PPCR aux CTM de décembre 2016 et mars 2017.

Le SNALC défend l’agrégation en tant que concours de recrutement d’excellence et comme pierre de touche de la qualité de l’enseignement secondaire et supérieur.

La création, cette année, d’une agrégation pour les langues de France a prouvé sa vitalité et montré qu’elle est adaptée aux attentes de l’enseignement actuel. Dans le même esprit, le SNALC réclame la création d’une agrégation pour la discipline de documentation.

Un ministre dont une des premières annonces a été qu’il défend l’excellence et ne craint pas la sélection devrait envoyer aux agrégés des signes forts afin qu’ils soient mieux considérés et mieux traités, qu’il s’agisse de leur formation et des conditions de leur titularisation, de leur rémunération, de leur affectation, laquelle doit respecter leur statut, de leur carrière et de leur promotion. Il pourra accroître ainsi l’attractivité du concours auprès des bons étudiants et contribuera au rayonnement de l’agrégation.


Les commissaires paritaires nationaux agrégés


Informations, questions : gesper@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox