LA CHAIRE SUPÉRIEURE EN VOIE DE DÉSAGRÉGATION ?

LA CHAIRE SUPÉRIEURE EN VOIE DE DÉSAGRÉGATION ?

LA CHAIRE SUPÉRIEURE EN VOIE DE DÉSAGRÉGATION ?

PLUS C’EST LONG, MOINS C’EST BON

On nous l’avait promis l’été dernier : les professeurs de chaire supérieure ne seraient pas oubliés dans la « revalorisation » du PPCR. Mais les mois passaient, et Anne ma soeur Anne n’en finissait plus de contempler le poudroiement du soleil et le verdoiement de l’herbe. Finalement, les syndicats représentatifs, SNALC en tête, et les associations de professeurs de CPGE ont tapé du poing sur la table, et le processus s’est enfin enclenché. Après réception à trois reprises des associations, qui se sont vu proposer une sorte de pacte faustien, les deux syndicats représentatifs ont à leur tour été invités à tailler le bout de gras autour d’un projet tout aussi scandaleux que définitif : grilles rehaussées a minima, rythme ralenti pour un grand nombre de collègues, et surtout création d’une vraie-fausse classe exceptionnelle, qui ramène les professeurs de chaire supérieure…dans le corps des agrégés !

SOUVENEZ-VOUS…

Petit retour en arrière… fin 2013, le projet Peillon de modification des obligations de service, ultra-défavorable aux professeurs de CPGE, entraîne à juste titre la colère de
ces derniers, une très importante manifestation soutenue par le SNALC, et, quelques mois plus tard, le départ du ministre. Cela, le ministère ne l’a jamais digéré. Et lorsqu’il s’est agi de négocier la mise en oeuvre du PPCR pour l’Éducation nationale auprès de Matignon, la chaire supérieure a donc malencontreusement été oubliée. Pas de classe exceptionnelle pour ces professeurs, donc ! L’administration a donc joué à Bricolo et Bricolette pour transférer les chaires sup dans la classe exceptionnelle des agrégés.En accord avec les associations, le SNALC a dès le départ refusé cette solution, qui fragilise l’existence même du corps, et a très sérieusement envisagé de demander le retrait de l’ensemble du texte pour tenter de reprendre la négociation une fois les diverses échéances électorales passées. Nous sommes restés en contact constant avec les associations, cherchant systématiquement à agir de façon commune.

COMITÉ TECHNIQUE MINISTÉRIEL DU 22 MARS : LES VOTES

En accord avec les associations de professeurs de CPGE, le SNALC a voté CONTRE l’ensemble des textes sur le PPCR des chaires supérieures. Nous avons présenté deux amendements sur la réduction à 3 ans de la durée dans le 5e échelon et la création d’un 7e échelon avec accès à la hors-échelle B (communiqués eux aussi aux associations). Ils ont été rejetés par le ministère.

Détail des votes sur les deux textes relatifs au professeurs de chaire supérieure :

POUR : FSU (dont SNES), UNSA, CFDT

CONTRE : SNALC , FO, CGT

Nous continuerons de défendre les professeurs de chaire supérieure auprès du futur ministre, quel qu’il soit. Au SNALC, nous défendons tous les collègues, et ne considérons pas que certains seraient des « privilégiés » qui ne mériteraient pas qu’on se batte pour eux.


Télécharger cet article en cliquant sur l'image :




Par Jean-Rémi GIRARD, vice-président du SNALC
et Loïc BERTRAND, commissaire paritaire national pour les professeurs de chaire supérieure
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox