Rentrée 2016

Rentrée 2016

Chers collègues de l’enseignement privé,


Pour un certain nombre d’entre vous, cette rentrée 2016 fut placée sous le signe de la nouveauté imposée et trop souvent subie par les professeurs enseignants au collège ; perte d’horaires, emplois du temps complexes (merci les EPI !), EPI et AP à organiser et à enseigner sans ou avec peu de temps de préparation commun ont été les maîtres mots de ce début d’année scolaire. Cette rentrée, « qui s’est passée sans encombre » au dire de Mme le Ministre, a été sur le terrain fréquemment houleuse et douloureuse. Et voilà que maintenant le gouvernement promet de s’intéresser aux lycées ! Nouvelle casse à prévoir ? N’oubliez pas qu’il n’est pas trop tard pour se mobiliser, faire entendre sa voix, se syndiquer ! Les silencieux ont toujours tort !


RENFORCEMENT de l’équipe « SNALC PRIVÉ »

Le nombre de collègues fonctionnaires nommés dans le privé sous contrat semble augmenter inexorablement et contribue à mieux nous faire connaître, certes, mais plus généralement ce sont bien les collègues du privé qui font se développer notre activité. Plus de demande, donc, et par conséquent un besoin accru d’intervenir. Cela nous a amenés à renforcer l’équipe nationale spécifiquement dédiée au privé. Par la voix de son président et grâce aux collègues des Bureaux académiques, affectés en tout ou partie au privé, chaque S3 dispose des moyens de répondre aux demandes locales.
Au niveau national, le S4 s’appuie sur une équipe constituée de collègues du privé mais aussi du public, car de nombreuses questions sont communes à tous même si les réponses peuvent diverger, notamment en raison des statuts différents des personnels enseignants, des différentes commissions, etc.
Cette équipe a pour mission de conseiller le Bureau national en cas de besoin, d’intervenir à la demande des S3, en particulier sur des sujets qui peuvent être délicats et qui nécessitent des consultations à haut niveau, d’éditer la Lettre Électronique au Privé ainsi que diverses fiches d’information à usage interne, de travailler à l’implantation du SNALC PRIVÉ dans les 1er et 2nd degrés, de recueillir aussi des informations en provenance des S3.

Chaque collègue de cette équipe possède également son ou ses domaines spécifiques (les contractuels, les statuts, l’entrée dans le métier, les retraites, les passerelles public-privé, l’implantation etc.)

Il va de soi que les Bureaux académiques, les « S3 », ont besoin de pouvoir compter sur un plus grand nombre de collègues désireux de se rendre utiles ; donc, n’hésitez pas à vous faire connaître auprès de votre président académique (liste ci- après) et ne soyez pas trop modestes : nous sommes tous capables d’apporter de l’aide aux autres !

Le SNALC se bat pour vous !

Depuis 1905, le SNALC défend les métiers de l’enseignement du second degré. Très actif dans le public (second syndicat des collèges et lycées), le SNALC est présent au sein du Comité Technique Ministériel de l’Education Nationale (CTMEN) et porte les valeurs de ses adhérents jusqu’au ministère, faisant entendre vos inquiétudes et vos revendications, dont beaucoup sont communes privé-public.

Plus récemment, le SNALC s’est mobilisé contre la réforme du collège telle qu’elle nous a été imposée :

-> La suppression des classes bi-langues et européennes, des dispositifs pourtant efficaces qu’il aurait fallu promouvoir. Le sort qui fut réservé aux professeurs d’allemand est tout simplement inacceptable... Que penser également de cette génération qui ne pourra plus bénéficier de cet enseignement dès la sixième (sauf à Paris, privilégiée)?
-> Les LCA (Langues et Cultures de l’Antiquité) malmenées, obligeant parfois les chefs d’établissement dans le privé comme dans le public à faire des choix pour préserver ces options, en détruisant d’autres options, ou en réduisant certaines heures pour respecter le si précieux « palier » minimaliste.
-> Les heures d’Accompagnement Personnalisé inefficaces et impersonnelles réalisées trop souvent en classe entière, sans réelle prise en compte des besoins des élèves (une ou deux matières par niveau ; quid d’un élève ayant besoin de soutien dans une autre discipline ?) et assorties dans certains établissements de l’interdiction d’enseigner un savoir disciplinaire.
-> Les EPI imposés sans consulter les enseignants et sans inscrire dans leur emploi du temps des heures rémunérées pour travailler en équipe et mener à bien ces projets. Travailler toujours plus pour gagner moins ? C’est non. Pourquoi ne pas avoir valorisé les projets qui existaient déjà dans un grand nombre d’établissements?
-> La réduction des heures dans leur ensemble alors que nous avons conscience que nos élèves rencontrent de plus en plus de difficultés – comment aider tous ces élèves qui arrivent au collège avec de grandes lacunes de lecture et d’écriture ?
-> Le PPCR (parcours professionnels, carrières et rémunérations) dénoncé par le SNALC. Une revalorisation, certes, mais encore loin en-deçà de ce que les professeurs sont en droit d’attendre. De plus, les critères d’évaluations, nombreux et obscurs, ne peuvent permettre une évaluation objective et risquent d’affaiblir les instances paritaires qui sont là pour vous défendre. Enfin, veillons à ce que ces critères ne deviennent pas des moyens bien pratiques pour contraindre les professeurs à appliquer aveuglément les réformes idéologiques successives du ministère. Protégeons notre liberté pédagogique et faisons valoir nos compétences – à quoi bon recruter des professeurs à BAC + 5 sinon ?
-> Le SNALC s’est également battu contre la suppression de la prime des 500 € pénalisant les professeurs ayant plusieurs HSA et qui concerne un certain nombre d’entre nous ... quand d’autres syndicats ont préféré voter en faveur de cette suppression sans aucune contrepartie garantie. Incompréhensible ? Ils sont subventionnés…

Vous l’aurez compris, nous n’acceptons pas cette «difforme», nous refusons d’entendre les mensonges de Madame Le Ministre de l’Education Nationale. C’est pourquoi nous continuerons d’avancer des arguments et des projets contre les provocations et le mépris du Ministère.


Pourquoi rejoindre le SNALC ?

Notre syndicat représente tous les personnels de l’éducation nationale rémunérés par l’état (personnels de l’enseignement public ou privé sous contrat d’association avec l’état).

Se syndiquer, c’est participer à la construction d’un Enseignement plus à l’image des professeurs, plus proche des réalités que nous vivons... C’est faire porter votre voix, vos idées, vos projets et vos inquiétudes jusqu’aux plus hautes instances.

Se syndiquer, c’est aussi un droit : celui d’être entendu, celui d’être informé, celui d’être défendu.
Le SNALC est un syndicat humaniste, pour lequel les adhérents ne sont pas de simples numéros, qui défend une idée républicaine de l'École centrée sur la transmission des savoirs et la liberté pédagogique des enseignants.

C’est également un syndicat pragmatique que se veut force de propositions. Notre syndicat a proposé ses réformes de l’éducation nationale à travers « l’école des fondamentaux », « le collège modulaire » ou encore « le lycée de tous les savoirs », des propositions qui peuvent être consultées sur notre site national.

Le SNALC est le seul syndicat représentatif qui ne perçoit aucune subvention de l’Etat. Cela garantit son indépendance, sa liberté de ton, de pensée et d’action. Depuis plus de 110 ans, il n’agit que par les cotisations de ses adhérents et s’est engagé à reverser intégralement à des associations caritatives toute subvention qu’il pourrait percevoir de l’État. De ce fait, notre syndicat ne représente que ses membres et non pas d’autres « intérêts » ...

Le SNALC est l’un des rares syndicat à proposer à ses adhérents une vraie assistance juridique pénale (agression, diffamation, harcèlement, outrage, attaque nominative sur le net…) incluse dans son adhésion ; la protection et le conseil juridiques sont assurées par notre partenaire exclusif la GMF, Garantie Mutuelle des Fonctionnaires, 1er assureur mutualiste français.

Venez découvrir ce qu’est un syndicat différent, un syndicat d’idées, le seul qui ait un projet construit de la maternelle à l’enseignement supérieur. Un syndicat indépendant, représentatif, apolitique, un syndicat à dimension et à visage humains, un syndicat porté par les femmes et des hommes investis, à l’écoute et réactifs. Pas de grands cris ni de roulements de tambour, il défend les personnels à tous les niveaux, avec force et conviction.

Vous désirez en savoir plus ? Allez sur www.snalc.fr, venez au siège, téléphonez-nous, envoyez-nous un courriel… Nous vous attendons bien volontiers.


À bientôt !
Loïc AYNE, Sophie Grebert, Florian Marty, Hervé Garlet,
prive@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox