Analyse du SNALC sur la formation des professeurs stagiaires et des CPE

Analyse du SNALC sur la formation des professeurs stagiaires et des CPE

Publié le 10-05-2016

Dernière modification le 12-05-2016

Analyse du SNALC‐FGAF sur la formation des professeurs stagiaires du second degré et des CPE 2015-2016.

Le dossier présenté ici se fonde sur l'analyse des réponses à l'enquête stagiaires menée par le secteur "entrée dans le métier" du SNALC chaque année.
Malgré la visible très bonne volonté de nombreuses ESPE, beaucoup reste encore à faire pour atteindre des conditions optimales de formation. Cela apparaît vital au vu des difficultés de recrutement actuelles ainsi que du nombre de démissions enregistrées en cours d’année de stage.


Cliquez sur l'image pour télécharger le document complet :





EXTRAIT

Focus sur les CPE et les professeurs documentalistes (page 9)

A- Une problématique similaire en établissement


  • « Difficile en tant que stagiaire de prendre un nouveau poste sans personne référente et connaissant l'établissement »

  • L’importance du tuteur
Seuls 35% des stagiaires en documentation et CPE ont la chance de bénéficier d’un tuteur sur place. Ce fait prend une dimension particulière au regard de leurs responsabilités et des outils spécifiques obligatoires qu’ils sont amenés à utiliser.

  • « Etablissement sans professeur titulaire. Je suis obligé d'apprendre sur le tas grâce à mes collègues contractuelles dans un CDI ou TOUT est à faire. »

    « Le souci c'est que je suis toute seule sur les heures de présence en établissement. Donc.... J'improvise quand je ne sais pas en attendant de voir avec ma tutrice quand elle peut me répondre. Sinon elle est très pro et à l'écoute. »


En effet, un professeur documentaliste doit passer par des outils informatiques et des procédures pour commander, répertorier, tenir à jour la base documentaire, gérer les manuels scolaires, etc. Il en va de même pour un CPE avec les spécificités inhérentes à ses fonctions dont la gestion des absences et retards, l’organisation des plannings de vie scolaire... Et s’il n’a personne sur qui s’appuyer au sein de l’établissement pour maitriser ces outils, il fait ce qu’il peut.


  • Une charge de travail non proportionnelle au temps de travail

  • « Etre à mi-temps est très difficile. Si la charge de travail est normale pour un CPE, elle est trop importante pour un CPE à mi-temps. »

    « Le fait d'être à mi-temps ne permet pas le suivi efficace des élèves comme je l'aimerais. »

Un stagiaire à mi-temps CPE ou professeur documentaliste, sans aucun titulaire (ou contractuel) doit assumer la charge complète de l’établissement. Si cette situation reste minoritaire, elle ne devrait pas exister.


  • Relation entre documentation et vie scolaire
Les échanges entre le professeur documentaliste et le CPE sont nécessaires afin d’organiser les allées et venues des élèves, particulièrement en collège. Il est alors regrettable de constater que seul un stagiaire documentaliste sur deux a eu de vrais échanges pour organiser la collaboration entre ces deux services. Le pourcentage est encore plus faible pour les stagiaires CPE.
Pour les autres, le système mis en place l’année passée a été reconduit ou alors le tuteur a pris la décision de l’organisation sans échange avec le stagiaire.
De fait, les stagiaires sont trop peu initiés aux problématiques organisationnelles.


  • Relation avec le chef d’établissement et le gestionnaire
Si les stagiaires CPE font tous mention d’échanges pertinents avec le chef d’établissement, les stagiaires en documentation indiquent un manque d’explications relatif à leur prise de fonction. L’accueil a globalement été de bonne qualité, néanmoins peu d’entre eux ont pris la peine de recevoir les stagiaires pour leur exposer leurs attentes et leur vision du métier de professeur documentaliste (emploi du temps, séances pédagogiques...) et surtout les écouter sur leur projet de l’année.

L’accueil par les gestionnaires a également été de bonne qualité. Pour les professeurs documentalistes, ils leur ont permis d’utiliser librement le budget CDI pour une grande majorité. Les échanges avec la gestion sont nécessaires pour comprendre sur quels crédits sont portés quels achats et prévoir alors le budget en fonction des besoins du service et du projet du stagiaire.

B- Des besoins spécifiques de formation

  • « Leur priorité n'est pas toujours en phase avec les profs docs mais plutôt avec les profs de discipline »

    « Rien d'adapté spécifiquement aux professeurs documentalistes et nous sommes regroupés avec les professeurs d'EPS »

    « Certaines thématiques ne nous concernent pas du tout, en tant que prof doc, dans la manière où elles sont abordées (relations école-famille, notations, ...) »

    « Une formation continue très théorique qui ne colle pas à la réalité du métier »

    « Gestion plus concrète de ENTEA souhaitée et plus d'outils professionnels à disposition (ex : comment construire un emploi du temps d’AED ou fiche de poste...) »

    « Adapter la formation pour les cpe : tout est fait pour les enseignants sans expérience »


De par leur place au sein d’un établissement, les professeurs documentalistes et les CPE rencontrent des difficultés différentes de celles d’un autre professeur. Il ne viendrait pas à l’esprit de faire suivre une même formation à un chef d’établissement et à un professeur de mathématiques. Il convient donc de réfléchir aux temps et sujets sur lesquels il est pertinent de les regrouper ou de les séparer.

On ne peut faire pâtir ces stagiaires de leur faible nombre en les obligeant à suivre des formations inadaptées donc inutiles. Il serait bien plus pertinent de remplacer des obligations de présentiel de formation par de l’observation auprès d’autres titulaires chevronnés.

Alice Eissen
Secrétaire nationale à la pédagogie
SNALC-FGAF
06 75 21 94 21