QUI A PEUR DU GRAND MÉCHANT LOUP?

QUI A PEUR DU GRAND MÉCHANT LOUP?

QUI A PEUR DU GRAND MÉCHANT LOUP ???



Les tournées des militants du SNALC dans les établissements scolaires ont pour but de rencontrer les collègues et de leur présenter le syndicat. Dans le 2nd degré, rien de nouveau, par contre, dans le 1er degré, peu de collègues connaissent le SNALC, d’où l’intérêt de ces tournées d’information syndicale.

Généralement, nos « missi syndici » sont bien, voire très bien reçus, qu’il s’agisse du public ou du privé. Peut-être avec un petit plus pour le privé où l’on fait souvent preuve d’une belle curiosité à notre égard. Plus précisément, notre caractéristique de syndicat indépendant, professionnel, présent dans le public et le privé, intéresse en particulier les collègues lassés des syndicats « maison » tout autant que des syndicats « anti-maison ». Parfois, des rendez-vous sont pris grâce à certain-e-s directeurs/directrices des écoles afin de pouvoir rencontrer tous les collègues intéressés, par exemple lors d’une journée de réflexion.

Nous sommes évidemment très satisfaits de cette écoute qui nous encourage dans nos démarches.


Oui, mais. Il fallait bien deux exceptions pour confirmer la règle ! Il s’agit précisément de deux établissements scolaires privés sous contrat à Montauban dont une responsable a tout d’abord refusé par téléphone toute visite et dont l’autre a carrément interdit l’entrée à nos deux délégués qui venaient distribuer les documents d’information syndicale (l’information syndicale est un droit, mais passons…). Suite à l’affirmation de l’une et de l’autre « on nous a dit que vous n’avez pas le droit » ; à la question « qui est on ?», fut apportée cette réponse surprenante : « les syndicats ».

Explication : ces « syndicats maison», quels qu’ils soient en l’occurrence, défendent évidemment leur pré carré. Ils sont livrés à la concurrence. Peut-être savent-ils que dans l’Académie de Versailles le SNALC est passé devant l’un d’eux ?

Quant à la Direction, comment expliquer cette attitude de refus ? C’est simple : une fois obtenue une « pax catholica» locale, pas question de la mettre en danger par l’intrusion d’un nouveau syndicat, d’un grand méchant loup dans la bergerie, donc surtout pas de tracts etc.

Mauvais calcul : la lettre électronique du SNALC parvient à la quasi-totalité des collègues qui peuvent la lire à tête reposée, visiter le site national, les sites académiques, s’approcher des responsables syndicaux en cas de besoin ou plus simplement par intérêt professionnel, etc.

Peut-être ces (rares) personnels de Direction ignorent-ils encore l’existence de l’Internet et du droit à l’information syndicale ? Heureusement qu’ils sont des exceptions.

Au passage : merci à tous ceux et celles qui reçoivent aimablement nos délégués !



Hervé Garlet
SNALC Toulouse et responsable national Enseignement privé
prive@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox