APPEL BURN OUT

APPEL BURN OUT

MESSAGE du SNALC et de la FGAF :



APPEL BURN-OUT




Cher(e)s collègues,


Epuisement, stress, dépressions, suicides: aujourd'hui,dans notre métier on peut souffrir et mourir de son travail.

Le « burn out » n’est pas seulement un mot à la mode, c’est une réalité pour beaucoup d’entre nous qui, fatigués par leur travail, n'en sortent plus et ne s'en sortent plus ! Ils n’arrivent plus à se ressourcer, à se reposer et développent une pathologie propre au sur-engagement : le syndrome d’épuisement professionnel. Nous connaissons tous un(e) collègue, professeur ou personnel de l’Education nationale qui, à un moment donné craque. Que fait-on alors ? Qui l’aide ? Des collègues bien sûr et fort heureusement ; mais trop peu souvent l’administration. Car rien n’est fait pour prévenir ces situations, rien n’existe pour permettre que l’épuisement professionnel soit reconnu comme une véritable maladie du travail. Trois millions de personnes ont un risque élevé d’être confrontées au burn out !


Notre devoir est de vous alerter sur cette situation et de vous inviter à signer l'appel qui seul donne une réponse, l’appel pour la reconnaissance du burn out au tableau des maladies professionnelles :


www.appel-burnout.fr



Si nous obtenons cette reconnaissance, les conséquences seront immenses, car cela conduira à soigner enfin, mais aussi à attaquer les causes du mal.

Le SNALC, sa fédération la FGAF, comme d'autres organisations syndicales, signent cet appel ; 10 000 personnes, fonctionnaires et salariées, l’ont déjà signé aussi. C’est la mobilisation de tous qui permettra que le "burn out" soit enfin pris en compte dans l’Education nationale et dans la société tout entière.



BURN-OUT et reconnaissance par la sécurité sociale

L’absence de tableaux de maladies professionnelles spécifiques rend ces affections psychiques très difficilement reconnues par la sécurité sociale. Il faut pour cela que la maladie présente une gravité justifiant une incapacité professionnelle permanente (IPP) égale ou supérieure à 25% et qu’un lien « direct et essentiel » avec l’activité professionnelle soit mis en évidence par le comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles. Or, ces critères réglementaires de recevabilité des demandes restent très difficiles à réunir. Résultat, seuls quelques dizaines de cas de pathologies psychiques liées au travail sont ainsi reconnus chaque année. Ce qui est loin de la réalité du burn out en France et notamment dans l’Education nationale. Tous ensemble nous pouvons changer cela !








Signez et faites signer

www.appel-burnout.fr

SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox