CSE du 15 janvier 2015 : déclaration du SNALC

CSE du 15 janvier 2015 : déclaration du SNALC

CSE du 15 janvier 2015

Déclaration du SNALC


Madame la Ministre,


Suite aux événements tragiques de la semaine passée, le SNALC est conscient, à l’instar de bien d'autres organisations, que la riposte à ce drame nécessite des mesures de fond. Notre déclaration portera aujourd'hui sur l'enseignement moral et civique.

Le SNALC, qui a soutenu la création de cet enseignement, et qui défend les valeurs et principes qui le sous-tendent, souhaite qu'à l'occasion de la consultation qui a lieu en ce moment, notre communauté éducative s'empare des projets de programmes actuels.

Pour ce qui est du lycée, vous avez, Madame la Ministre, souhaité que cet enseignement soit dispensé avec un programme identique et sur un horaire identique dans les trois voies (générale, technologique, professionnelle), et ce dès la rentrée 2015. C'est une décision qui vous honore, et que nous approuvons sans réserves. Le SNALC demande à ce que la rédaction des thèmes « les enjeux moraux et civiques de la société de l'information » et « pluralisme des croyances et laïcité » soit réétudiée afin d'éviter les formulations trop floues et une certaine forme de relativisme. Le SNALC demande également à ce que le thème « pluralisme des croyances et laïcité » soit traité dans les classes préparant au CAP, ce qui n'est pas prévu actuellement.

Pour ce qui est de l'école et du collège, le SNALC a signalé à de nombreuses reprises déjà, notamment auprès du Conseil Supérieur des Programmes, les insuffisances du projet actuel. Ce dernier juxtapose, sous formes de tableaux contenant des attendus très vagues, connaissances et compétences sans jamais tisser de liens réels entre elles. Il délègue la progressivité de l'enseignement à l'échelon local, ce qui ne manquera pas d'entraîner de fortes disparités de traitement d'un établissement à l'autre. Le programme ne mentionne à aucun moment les valeurs sur lesquelles l'enseignement moral et civique se fonde. Les valeurs occupent d'ailleurs une place extrêmement restreinte dans ce programme et ne servent en rien de fil conducteur. La question de la laïcité est très peu présente, trop peu présente. Si l'on veut assurer un réel enseignement moral et civique à tous les élèves, et nous souhaitons qu'on le fasse, il convient de revoir d'urgence ce projet de programme pour le rendre clair, concret et applicable.

Le SNALC tient enfin à signaler les appels répétés dans ces programmes à la pratique de « discussions », d'études faites « à partir de faits issus de la vie de la classe », de « débats », de « jeux de rôles ». Ces pratiques ne s'improvisent pas. De nombreux collègues nous l'ont signalé ces derniers jours : ils ont été mis en difficulté par certains élèves ou groupes d'élèves, dans de nombreux établissements, même si tout n'est pas forcément remonté jusqu'au sommet de notre administration. Beaucoup de choses qui se jouent dans nos classes dépassent le domaine d'influence des personnels, voire du système éducatif, et ne se régleront pas simplement par de la formation, même si cette dernière demeure indispensable. Aujourd'hui, notre institution doit faire bloc, ne pas se voiler la face et doit affronter collectivement les problèmes, les dysfonctionnements auxquels elle est confrontée, sans discours préformaté, sans distorsion de la réalité, sans euphémismes. Nous sommes prêts à contribuer activement à ce travail.



SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox